Les charges émotionnelles sont parfois comme de la foudre venue du ciel. Elles tombent à des moments où l’on s’y attend le moins.
On perd des gens qu’on aime pour finir par les retrouver à hanter les recoins de nos pensées.
Les cœurs s’alourdissent, les gorges se nouent, les insomnies s’éveillent et les yeux débordent de larmes qui ne peuvent être retenues .
Quand une telle nouvelle vous transperce le cœur le lever du jour peut devenir une éclipse totale
Et Vous avez à ce moment du mal à réaliser que le pire vient de vous être annoncé.
Si pour Hawa perdre son frère était une douloureuse épreuve.
Le fait d’apprendre que la vidéo du meurtre de son frère circulait sur les réseaux sociaux l’affecta deux fois plus.
Comme un second homicide qui se répète après avoir visionné la brutalité des images de son petit frère un adolescent sérieux et sans histoire se faire trouer le dos par des tirs de l’officier de police l’inspecteur Gavard.
Si elle n’était pas croyante elle n’aurait certainement pas trouvée le courage de continuer à vivre et aurait pu finir morte de tristesse.
Cette terrible vidéo est devenu pour elle un crime ineffaçable dans l’univers de sa mémoire .
Patrick rappela Hawwa sur le champ après avoir écouté la détresse de son message qui arriva juste à temps pour stopper net le projet de son suicide.
La nouvelle du drame secoua tellement Patrick que sa lucidité reprit sa place pour chasser les effets de la drogue.
« Allo Hawa je viens d’écouter ton message.
Cela me rend triste au plus profond de moi-même.
Écoute-je sais précisément où le flic qui a pris la vie ton frère a enterré son corps. » « Je t’es appelé car apparemment d’après la police il a été entendu et A prétendu qu’il ne s’agissait pas de lui.
Des collègues à toi ont d’abord refusé de prendre ma plainte au commissariat. Je vais saisir l’Igpn après avoir vu son internet le meurtre de mon frère.
Mais dis-moi comment peux-tu savoir où il a enterré le corps de mon frère ? »
Tous simplement parce que j’étais là quand il l’a flingué avant de creuser sa tombe et qu’à cet instant j’étais dans un état dans lequel je n’ai absolument pas reconnu ton frère »
Extrait du livre « l’ombre de la violence  »
Auteur :Boel Souleymane
Sortie courant 2017 inchaa’
Allah21232017_1952392368332459_6846801839489224008_n21150456_1951772495061113_4897273177107530440_n

« Beaucoup de flics ont les mains sales.
Mais l’état a toujours une paire de gants pour protéger les empreintes qu’elles peuvent laisser. »

Sortie prévue courant 2017 inchaa’Allah

Publicités

Extrait du livre « L’ombre de la violence » (Le souffle d’un tueur en uniforme) de Boel Souleymane

Extrait du livre « L’ombre de la violence »
(Le souffle d’un tueur en uniforme)7098841_6d5ec399ed

Dans le salon d’un appartement vide en désordre Patrick Leroy le visage blafard ne s’est jamais senti aussi mal. Cet officier de police tremble en étant sous l’emprise de la drogue provenant des scellés de son travail .Il est en proie à des hallucinations des mauvais souvenirs de son passé.Revoyant sous forme de flash les brimades de ses anciens camarades de classes mélangé aux actes délictueux d’une extrême violence de son supérieur hiérarchique l’inspecteur Gustave Gavard surnommé la gangrène par tous les trafiquants de drogue de drogue de la banlieue parisienne.Le spectre de scènes violentes vient peu à peu réanimer sa morale pour lui donné d’avantage le dégoût vivre.Lui qui avait fait le choix de rentrer dans la brigade des stups il y a quelques années après l’overdose de sa petite sœur, il est aujourd’hui à la frontière de la rejoindre suite à ses excès d’usage de cocaïne.
Son nez saigne et son cœur ne supporte plus ce qu’il est devenu:
Un flic pourri qui a participé à des actes les plus abominables.
En rentrant dans la police il pensait défendre les citoyens et lutter contre le trafique de drogue.Mais l’économie de la drogue la dérouté de ses principes et a fini par assommé sa morale. Le film des excès de son supérieur un flic brutale et désaxé torture son esprit.
Tous se mélange dans sa tête.
Des scènes de vol pendant des perquisitions et celles de tabassages d’adolescents noirs et arabes au cours de différentes interpellation.
Le front trempé par la sueur qui suinte sur son front allongé sur son canapé en cuir il respire difficilement.Le revers de sa mains essuie le sang qui s’écoule de ses narines.
Son souffle vient de se perdre dans le labyrinthe de ses angoisse.
Ses respirations sont maintenant bloquées par l’étouffement du canon de son arme parti dans le tréfonds de sa gorge.
Son souffle pénètre intérieurement dans le canon d’une arme qu’il a retourné contre lui.
Au fond de lui Il ne sait pas si il va vomir ou tirer.

Extrait du livre : »l’ombre de la violence  »
Auteur:boel souleymane
Sortie courant 2017 inchaa’
Allah

ob_386bc2_pour-la-securite-des-gens-il-n-aurai

Résumé du film « Anxiogène » un film réalisé par Jasmin Celasco écrit par Boel Souleymane

Résumé du film « Anxiogène » Écrit par Boel Souleymane
Après la disparition de son chat une veille est richissime peintre à la retraite complètement bouleversé par cet événement décide de faire afficher dans toute sa ville des avis de recherches offrant une importante récompense pour la personne qui lui ramènera. Un jour plus tard quelques heures après sa libération un gros malfrat tous juste sorti de cinq années de prison tombe dessus avec deux autres amis alors qu’ils sont en route sur les lieux ou il a caché l’argent du casse pour lequel il s’est fait serrer.Depuis son incarcération il n’a jamais révélé à son complice le lieu où était caché l’argent. Touché par l’annonce Il décide de se rendre avant chez la dame pour lui ramener en refusant catégoriquement de percevoir la récompense en raison d’une histoire de son passé. En quittant son domicile pour rejoindre sa voiture il tombe sur une très inquiétante discussion entre une aide-soignante et son conjoint qui incite à cambrioler cette nuit la vieille dame pour récupérer la contenue d’une importante somme se trouvant à son domicile. Après avoir entendu les détails de cette conversation l’ancien braqueur et ses amis comptent bien faire payer cette idée crapuleuse à ce couple d’avoir voulu prendre pour cible une personne faible et sans défense.anxiogène (9)<img boel souleymannnnnnnnnnnnnneeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee20293069_1937885119783184_4961750405176753758_nanxiogène (9)src= »https://boelsouleymane.files.wordpress.com/2017/08/anxiogc3a8ne-9.jpg &raquo; alt= »anxiogène (9) » width= »1410″ height= »2250″ class= »alignnone size-full wp-image-2784″/>

Résumé du livre: « Le brouillard des sentiments »l’itinéraire d’un enfant victime de son albinisme

Résumé du livre: »Le brouillard des sentiments »
Kariakoo en plein cœur de Dodoma la capitale tanzanienne deux sœurs jumelles Larra et Marra se retrouvent séparées après un mariage. Marra est parti vivre loin chez son mari à Msowero pour soudainement revenir deux ans après que son mari l’est rejeté après la naissance de leurs enfants atteint d’albinisme. Larra décide alors de pardonner à sa sœur en l’aidant à élever son enfant sans pourtant avoir oublié qu’elle soit partie aussi loin d’elle. Les mois passent jusqu’au jour où elle tombe à son tour follement amoureuse d’un jeune entrepreneur qui malgré ses efforts n’ont jamais réussi à faire aboutir ses projets professionnels. Obsédé par la richesse l’homme finit par demander à Larra l’impensable: enlever l’enfant de sa sœur dont il est persuadé que son sacrifice sera la clé de sa réussite. L’enfant vient de disparaître une course contre la montre débute. Pour Marra n’y a pas une seconde à perdre dans un coin ou la tète d’un albinos peut se vendre dix mille dollars.
#boelsouleymane
#livrelebrouillarddessentiments
Sortie prévue Février 2018 Inchaa’Allah
Auteur:Souleymane Boelyou are lovely (1)20293069_1937885119783184_4961750405176753758_nyou are lovely (1)

Extrait du livre « L’ombre de la violence » de Boel Souleymane

Le gros trafiquant de drogue Shing n’avait pas imaginé une seule seconde qu’en employant une prostituée chinoise sans papier pour son club clandestin.
Cette fille sensuelle aux airs d’une jeune femme timide et effarouchée était en réalité une indicatrice pour la brigade des stups.
En passant avec un deal d’un des flics un des plus ripoux de la Seine-Saint-Denis Denis .
Elle lui révéla après sa régularisation obtenue par une employée toxicomane de la préfecture de Bobigny.
Une information clé faisant peu à peu germer dans l’esprit de ce flic le projet crapuleux de l’enlèvement du neveu de son frère mort avec ses parents après un règlement de comptes.
Shing a perdu son frère au cours d’une fusillade dans un restaurant du treizième arrondissement à l’occasion des fiançailles de sa sœur la famille était au complet.
Un opposant au courant de cette réunion familial a voulu lui faire comprendre de ne pas s’aventurer sur son terrain.
Pour les fiançailles de sa sœur toute la famille s’était réuni celui qui donné l’information à son rival était un homme qui n’avait pas obtenu une réponse favorable pour épouser la sœur à Shing.
Un bon moyen pour son rival de lui laisser un morbide souvenir de cet événement.
Au cours de cette fusillade le frère de Shing est mort de douze balles dans la poitrine et son neveu fut grièvement blessé.
Son père sa mère et sa sœur ont fini tous criblés par des balles sous les yeux terrifiés des gens du restaurant.
Cris panique et giclée de sang au milieu du plateau renversé
Le jeune homme a reçu plusieurs balles, dans le dos et la nuque.
Laissant cet adolescent pourtant étranger à cet univers tétraplégique.
À la mort de son frère il a élevé cet enfant comme son fils.
Sa stérilité ne cessait de lui rappeler que seul l’adoption pouvait lui faire connaître le sentiment d’un jour d’être père.
Le fils du frère à Shing souhaitait prendre le chemin de son père devenir océanographe.
Loin du milieu de la pègre l’enfant était un passionné des océans.
Son oncle Shing avait fait construire une chambre possédant un gigantesque aquarium où il avait acheté treize mille euros deux dauphins que des voyous avaient volés pour lui dans un parc aquatique. En se confiant à cette fille qu’il lui arrivait parfois d’insulter ou d’abuser en raison qu’elle avait toujours mise comme condition d’accepter ou de refuser ses clients. Après un viol la fille a décidé de se venger de Shing.
Extrait du livre « l’ombre de la violence »
De boel Souleymane
Sortie prevue septembre 2017 inchaa’
Allah

image20293069_1937885119783184_4961750405176753758_n13439662-largeob_386bc2_pour-la-securite-des-gens-il-n-auraiLes hommes capables d'aller jusqu'au bout de leurs convictions pour repousser une injustice ne connaitront jamais l'amertume des remords ou la géne des regrets.ob_386bc2_pour-la-securite-des-gens-il-n-aurai

Résumé du livre « L’ombre de la violence » de Boel Souleymane

Résumé du livre « L’ombre de la violence »
Patrick Leroy a toujours été un enfant taciturne et replié sur lui-même avant de réussir le concours d’entrée dans la police. Mais le souci majeur est que ce choix professionnel ne colle absolument pas à son psychisme qui porte encore les stigmates de ses brimades de camarade de classe. À la remise de sa carte de police et de son arme de service, un sentiment de puissance et de confiance en lui l’éloigne peu à peu de son passé. Jusqu’à finir par le voir resurgir violemment dans une enquête de police ou les violences et le racisme de ses collègues lui rappel les souvenirs douloureux de son enfance. Tentant d’atténuer son mal-être par la prise massive de cocaïne et du décès de sa soeur morte d’overdose. Peu à peu il devient un flic amoral, sadique et ultraviolent pour le plus grand plaisir de son coéquipier souhaitant profiter de sa déchéance pour l’entrainer dans le kidnaping du neveu d’un gros trafiquant de drogue asiatique.
#crimepolicier
#boelsouleymane
#livrelombredelaviolence
#passageàtabac
#badcops

Extrait du livre « L’ombre de la violence » de Boel Souleymane

Le plan crapuleux de départ de l’inspecteur de police Gavard était très simple et surtout réglé comme une horloge Suisse .kidnapper le neveu du caïd Shing dans un pensionnat pour ensuite obtenir une rançon de 7 millions d’euros en échange de la libération de son neveu. Ensuite le fric en poche pouvoir disparaître incognito sur une île en Turquie appelée la vallée des papillons. Et se faire oublier près d’une plage d’une rare beauté coincée entre deux abruptes et des falaises à vous couper le souffle. Seulement tout est partie en vrille et a fini en kidnapping qui tourne mal. Patrick a rejoint Gavard avant sa prise de service dans un café de Bobigny « L’étoile d’or » Gavard a commandé deux whiskys que le serveur lui apporter lui a apporté dans une tasse à thé pour comme à sa demande masquer sa consommation d’alcool en service. Un serveur indien nouveau dans ce bar ignorait absolument tous des habitudes de ce flic véreux il avança à leurs tables en laissant la note à coté des deux tasses pleines de whisky. Gavard regarda froidement le jeune serveur en lui faisant signe d’approcher. Le serveur arriva en souriant avant de se prendre un coup de poing dans l’estomac. Gavard chuchota à son oreille :
« La prochaine fois que tu m’amènes une addition je t’arrache les cous-les pour te les faire bouffer sur un plat de riz tandoori. Tu as pigé !? » Gavard improvisa en observant la conduite décontenancée de quelques clients au comptoir :
« Ne vous inquiétez pas on s’entraîne ensemble le petit à un combat de boxe pour bientôt. Il faut qu’il apprenne à encaisser sinon il ne tiendra pas plus d’un ring. »
Le tenancier du bar s’avança vers le jeune en lui parlant :
« Désolé je n’ai pas eu le temps de te prévenir Abhinav mais ces deux-là sont des flics. Dès qu’ils viennent demande leurs justes ce qu’ils boivent mais leur ramènent jamais l’addition.
Un soir celui qui t’a mis un coup de poing à débarquer à l’heure de la fermeture pour boire un scotch. Je lui ai dit que le bar était fermé. Il n’a rien voulu savoir il m’a attrapé en sortant son flingue et il m’a forcé à me brosser les dents avec le ballet à chiotte.
Écoute bien ce que je te dis Abhinav ne fait plus jamais l’erreur de leur ramener l’addition.»
Le soir du rapt du neveu au gros narcotrafiquant shing la nuit était sombre et couverte comme les mauvaises intentions des deux flics corrompus parti soulever le gosse après avoir volé un range rover evoque garé près du bar « le Ferragus » à Aubervilliers.
En voyant ça voiture passer sur la route un ivrogne qui se trouvait dans ce café s’exclama avec stupéfaction en s’adressant à son collègue à moitié avachi sur le rebord du comptoir:
« P-tain Regarde ! Il a exactement la même voiture que moi !!  »
Gavard jeta par la fenêtre un cd de Céline Dion dédicacé au nom du type :
« C’est quoi cette me-de !? « L’homme se mit à courir en hurlant après le conducteur de sa voiture après avoir reconnu son cd dédicacé brisé au sol en finissant sa course par se rétamer dans une flaque d’eau boueuse
« Arrête-toi !! Sale petit bâtard !!
J ai toute ma collection de cd Cyndi Lauper dédicacé dans cette voiture. »
Les pneus de la voiture crièrent avant que le véhicule s’engage dans un virage serré donnant sur la rue Goullet en s’introduisant sur cette route. Gavard percuta et fit perdre l’équilibre à un livreur de pizza fini par foncer sur trois poubelles rangées sur un des trottoirs de la rue goulet il les renversa à l’allure d’une boule de bowling qui arrive pour faire un strike dans un jeu de quilles.
La voiture accéléra avant de disparaître dans l’épaisseur de la nuit.
Après plusieurs heures de route les deux hommes arrivèrent dans la ville ou se trouvait le pensionnat.
Les deux hommes s’arrêtèrent face à l’école et se mirent à revêtir des vêtements d’agents sécurité avant de rentré par effraction dans le pensionnat ou dormait l’adolescent.

Extrait du livre « l’ombre de la violence »
Auteur : boel souleymane
Sortie courant 2017 inchaa’
Allahob_386bc2_pour-la-securite-des-gens-il-n-auraiLa manifestation des violences policières n'est que le produit d'une institution attachée à la protection des élites tout en ayant exclu le reste de sa population à pouvoir être enLes hommes intègres ne gardent jamais la vérité pour eux.Leurs bouches se conduisent avec elle comme l'Ak47 traite les balles.Ils envoient quand il faut sans jamais s'enrayer.ob_386bc2_pour-la-securite-des-gens-il-n-aurai