Extrait du livre « L’estomac des favélas » de Souleymane Boel (le mal de l’air)

Extrait du livre « L’estomac des favélas » de Souleymane Boel (le mal de l’air)

L’ amour comme la haine est souvent fusionnel et instantané.
Ces deux sentiments sont comme un sachet de thé qu’on immerge dans une tasse d’eau bouillante.
Ils ne tardent jamais à laisser leurs saveurs apparaitre pour laisser le gout dans l’eau de leurs saveurs
L’amour ne prévient pas il peut venir âprement comme une tempête de sable et vous emporter en vous empêchant d’ouvrir les yeux.
À son retour de Rio ils se sont revu.
Elle lui a laissé un message sur son portable et il l’a rappelée aussitôt dans la foulée pour fixer un rendez-vous avec elle dans une chic glacerie en plein coeur de Paris.
Leur première rencontre eut lieu chez chez Raimo Glacier.
Il n’était pas question pour lui de la ramener dans un endroit qui n’était pas à la hauteur de son élégance.
Il a commencé par faire plus ample connaissance avec elle en déclenchant son rire très rapidement en laissant sa glace fondre tellement il fut absorbé par les anecdotes burlesques qu’elle avait eues à son travail d’hôtesse de l’air:
– «Toi! Tu dois avoir un paquet d’histoires à me raconter sur toutes les allées retour Paris-Rio que tu as pu faire?
J’aimerai biens que tu me racontes des histoires croustillantes de dingues que tu as pu vivre.
Ça m’intéresse beaucoup à savoir pourquoi une aussi jeune et belle hôtesse de l’air est déjà blasée de son travail?»
-«Oh c’est facile à comprendre.
Mais quel genre de situation?»
-«Je ne sais pas un jour où tu t’es dit: franchement j’aurais mieux fait de ne pas embarquer dans cet avion.»
-«J’ai deux anecdotes que je n’oublierai jamais de ma vie qui furent un véritable cauchemar pour les passagers qui prirent le même vol que moi. L’avion dans lesquel j’étais s’est retrouvé dans très grande tempête avec des vents très forts avant d’arriver sur Paris.
Au point que les gens criaient et hurlaient en voyant les plateaux déjeuner tourbillonner dans l’avion comme des feuilles mortes emportées par une tornade jusqu’à ce que la secousse fasse perdre le dentier d’une vieille dame après un choc brutal.
La vieille dame était une diplomate à la retraite et nous a demandés à ceux qu’on lui retrouve son dentier. On a dû le chercher pendant une demi-heure avant le retrouver à dix mètres de son siège à l’intérieur sous un plateau-repas qui était sur le sol. Après cet incident je me suis dit que ce serait mieux pour moi de penser à un autre projet professionnel.»
-«Et le deuxième c’était quoi?»
-«Oh quelques choses de vraiment triste qui a fait que je me suis mis en arrêt pendant un mois. Une passagère qui voyageait avec son petit garçon est morte en plein vol d’une overdose.
Alors que je me suis mis à la servir elle a commencé à violemment convulsée et subitement perdre connaissance.
Un médecin voyageant parmi les passagers lui a prodigué les premiers soins, mais malgré ses efforts il était trop tard, cette jeune femme est décédée d’une overdose suite à capsule de cocaïne qui s’est ouverte dans son estomac devant son fils en larmes.
Et sinon toi par rapport à ton boulot tu ne m’as pas dit ce que tu faisais pour que je retourne la question.
Peut-être que ce sera beaucoup moins triste.»
-« C’est délicat d’en parler à un premier rendez-vous.
On va dire que je travaillais à mon compte mais ce je faisais n’étais pas légale alors j’ai décidé de tout arrêter avant qu’on m’arrête .”
-« Est-ce que tu es sérieux ou bien il s’agit encore d’une de tes blagues!?»
-«Non c’est sérieux je braquais des entrepôts et j’ai faits ça sur plusieurs années.
Autant que tu saches avec qui tu manges une glace non?»

Extrait du livre « L’estomac des favélas » auteur Souleymane Souleymane Boel
sortie prévue prochainement inchaa’Allah

Publicités