Extrait du livre « La cour de promenade » de Boel Souleymane

Lundi matin une vingtaine de gamins attendaient sur un terrain poussiéreux du bidonville.
Suárez n’était pas surpris de ne pas voir Pedro.
Il avait appris le dimanche par sa mère de quelle façon il s’était fait brûler la cervelle par des balles de gros calibre. Une moto arrive un jeune armé descend et ouvre subitement le feu. Son ami Jairo impuissant regarde la tête de son meilleur mais éclaté par une balle qui lui traverse le front.
Le corps tombe à terre le tireur shoota encore trois tirs sur la victime avant de chevaucher l’arrière de la moto et partir à toute vitesse.
Face à l’horreur le cœur de Jairo s’accélère à la vue du sang de son ami et aux crie des gens de la foule horrifiée.
Jairo réalise à peine ce qui vient de se passer jusqu’à laisser tomber sa bouteille de jus de fruit au sol qui roule.
Tentant de conserver son sang-froid il sait qu’il doit partir avant que la police arrivegunshot-93310000ddddddddddddser.
Sur lui il porte un colt 45 qu’il n’a même pas pu sortir tellement il s’est laissé surprendre par la rapidité de l’action de ses rivaux.
Lorsqu’on voit les dégâts qu’une seule balle peut faire sur un corps humain.
Mieux vaut ne pas croiser le chemin de quelqu’un qui vous cherche pour vider son chargeur sur vous.
Les gosses ont fait la connaissance de Houssine qui leur a raconté ce qui l’a amené à se retrouver parmi eux. Suárez a fait livrer du sable et du ciment et ils ont commencé à travailler pendant quatre mois tous les matins pour donner un aspect habitable à ce bidonville.
Ils ont commencé par les canalisations pour faciliter les évacuations d’eaux.
Houssine était surpris par la dextérité et la lucidité implacables de la plupart de ces gosses qui avaient perdu leurs parents. Suárez a décidé de tous les embaucher dans sa société pour leur éviter de tomber entre les mains des narcotrafiquants.
Au bout de deux mois il a réussi à avoir son frère Hassane au téléphone qui lui a expliqué brièvement ce qui s’était passé avec le naufrage du paquebot.
Dans la discussion Il lui a donné l’idée de faire un faux certificat de décès venant de Grèce pour qu’il fasse partie des disparus en mer.
Vu que les cadavres d’Aliou et Ted avaient été identifié ils étaient seulement deux des évadés du D5 à avoir pu s’en sortir vivant en réussissant à regagner le rivage au moment où le paquebot a été coulé.
Depuis ce drame il vivait avec Samir dans une baraque en bordure de mer à trois cents mètres d’un site archéologiques. Chantal est restée triste pendant deux mois avant de finir par se mettre avec Samir.
Elle était déçue lorsqu’elle a appris ce qu’il a motivé à couler le paquebot.
En parlant avec des archéologues Hassane à trouver un travail sur le site archéologique proposé par deux chercheuses sorties de l’école polytechnique fédérale de Zurich. Ces deux types étaient loin de se douter que Hassane était un détenu en cavale jusqu’au jour où il leur révéla toute la vérité après une découverte sur le site. Il sortit de la terre une épée de bronze avec un fourreau en ivoire recouvert d’or.

 

 

Résumé du livre « La cour de promenade »
Cinq détenus incarcérés pour de très longues peines condamnés pour des faits complètement différents se retrouvent soudainement à vivre quotidiennement dans l’enceinte du bâtiment D5 d’une prison parisienne.
Leurs points communs: tous doivent sortir au plus vite pour des raisons personnelles.
Parmi eux, un jumeau sage ayant pris la place de son frère un braqueur chevronné après une promesse et un échange de vêtement au parloir. Sa parole tout arrêter pour ne plus être privée de vivre sans ses enfants. MaisTiendra t-il sa promesse ?
La cour de promenade reste le quasi-seul et unique lieu pour se transmettre les échanges d’information avant le grand jour de leurs évasions.
15390762_1826695004235530_9072014384575250069_n-1lll-188x300904e9f88-3b81-4704-b25c-2dc5edee6f14-1ddd

photo-de-boelsouleymane
Ecrivain et scénariste Boel Souleymane

Extrait du livre : « la cour de promenade »
Auteur : boel souleymane
Sortie prévue courant 2017 inchaa’
Allah

Publicités

Résumé du livre « Avec les moyens du Hood »

Résumé du livre: « Avec les moyens du Hood »5a78ce54-e9dc-4d17-b5ad-739b7b6ebf00gggggggggggggggggg

Abd Latif cinéphile aguérri fasciné depuis toujours par le 7 ème art décide un beau jour aprés une fusillade survenu dans le couloir de son immeuble le premier jour d’un été de réaliser son premier long métrage qu’il choisi de titré: « Sur le pallier de la mort »

L’histoire d’un ex caid de son quartier devenu patron d’une grande société de transport international aprés avoir survécu à un guet-apens tendu par ses anciens complices d’un important réseau de trafic de drogue et aux cinq balles tiré par leurs pistolet mitrailleurs. Seulement le monde du cinéma est un cercle très fermé et il ne dispose d’ absolument aucun moyen financier. Que cela ne tienne, un de ses amis cyber lui propose une combine audacieuse arnaquer l’un des plus grands producteur de cinéma pour réaliser son film avec l’aide de la plus belle fille de leurs quartier.

Livre « le portail d’une dépression » de Boel Souleymane Ne laissez jamais les codes d’une société qui a tourné le dos au bon sens déterminé la santé votre état psychique.

Ne laissez jamais les codes d’une société qui a tourné le dos au bon sens déterminé la santé votre état psychique.

Résumé: «Le portail d’une dépression »(l’asile de la surconsommation)
Après une rencontre imprévu sur PARIS Hector Brad actif au chômage depuis plus d’un an décide de falsifié les compétences de son cv en y ajoutant des connaissances de base en psychologie en réalité inexistantes. Pour accéder à un poste d’opérateur téléphonique au sein d’un centre d’appels de prévention au suicide. En réussissant l’obstacle du recrutement à peine avoir commencé cette nouvelle activité salariale qu’il pense déjà à une rapide reconversion professionnelle. Déplu de prendre à la chaine des appels sous hautes tensions de personnes dépressifs qui lui dresse un portrait abjecte d’une société de consommation actuelle. Tout va réellement se durcir lorsqu’il va prendre l’appel d’un supérieur en étant au bord du suicide. Un seul mensonge peut vous mettre dans le pire des embarras et la vie d’un homme ne tiens parfois qu’a un coup de fil.

 

Une société moderne qui  base  ses principes sur un système capitaliste prônant une consommation non vitale et excessive. Ne pouvais que nourrir mon imagination pour écrire une histoire sur les dangers de la surconsommation et les dépressions qu’elle peut engendrer.

La société de consommation dirige impitoyablement ses consommateurs tout droits vers une puissante aliénation en faisant d’eux des automates qui travaillent, les formatant à vivre pour seulement consommer avec exagération.

Son système ressemble au manège d’un parc d’attraction sans arceau de sécurité.

Il commence par doucement vous faire tourner en rond pour pouvoir ensuite mieux violemment vous éjecter.

Le divertissement fait rapidement place au drame lorsque vous n’avez plus aucun pouvoir d’achat et que l’on ne cesse de vous faire croire qu’il faut consommer pour être quelqu’un. L’état psychique de ses victimes ressemble à des gens qui mériteraient d’être héliporté vers des centres de traumatologie.

Dans un harcèlement de pubs omniprésentes dans nos vies ou l’étau d’une société de consommation se resserre à travers des pubs qui défigurent notre paysage. Beaucoup d’entre nous ont perdu la notion de savoir faire la différence entre nos désirs et nos réels besoins. La publicité nous pousse à acquérir sans que l’on ait à réfléchir sur la nécessité d’un produit quelconque.

Prenons le cas de Michelin au Nigeria

Pour réaliser le caoutchouc nécessaire aux pneus, l’entreprise française exploite des plantations d’hévéas, via une filiale, la société internationale de plantations d’hévéas. Au Nigeria, cette culture, d’une superficie d’environ 3 000 ha, s’est traduite par la désintégration de forêts primaires dans l’état d’Edo, au sud du pays, et la confiscation de leurs terrains des populations locales. Or, 20 000 personnes vivent dans cette zone, dont 80 % sont dépendantes de la forêt pour subvenir à leurs besoins.

 

Les médias et la pub cherche à vous persuader que ce que vous avez acheté hier et aujourd’hui démodé en vous forçant chaque jours à croire à leurs obsolescences.

La surconsommation est une véritable ordure. La preuve en est que 90% de ce que l’on consomme partira à la poubelle dans les 6 mois. Mais le drame absolu est que tous les déchets de notre consommation ne sont pas tous récupérables. Alors leurs détritus seront envoyés dans des endroits loin des lieux de consommation couramment dans des pays du tiers monde.

Ces mêmes déchets qui créeront par la suite une très forte dégradation environnementale et culturelle dans ces zones- ou enfoui sous terre finiront par contaminer la faune ou développer des maladies toxiques. Cette accumulation de déchets a provoqué ses quelques années l’apparition de deux gigantesques îles de déchets dans le Pacifique. Ces îles ont des conséquences catastrophiques pour l’écosystème maritime.

Le Ghana une décharge électronique pour l’Occident et l’Amérique :

Les conséquences de la surconsommation et que dans certains endroit du monde des enfants ont appris à faire de l’alpinisme sur des montagnes de déchets électroniques. A Accra les terres du Ghana sont devenues ces dernières années la poubelle des déchets électroniques en provenance d’Europe et des Etats-Unis. Des milliers d’ordinateurs hors- d’usage y sont désossés et brûlés en plein air par des jeunes, dans des décharges insalubres. Objectif : récupérer le cuivre, revendu ensuite à l’étranger. Un business prohibé mais toléré, aux conséquences dramatiques sur l’environnement et la santé des ouvriers représentant un danger permanent sur la santé des populations riveraines.

Dans les décharges de certains pays africains des travailleurs sans protections, la plupart du temps des enfants, démontent des ordinateurs et des télévisions avec rien d’autre que des pierres comme outils, à la recherche de métaux qui peuvent être revendus. Le plastique et les câbles restants sont ensuite brûlés ou simplement jetés

Une catastrophe sanitaire et environnementale innommable

Des enfants sont exposés à des substances et des matériaux particulièrement dangereux pour leur santé, Celons une étude de Greenpeace voici ce qu’on retrouve dans la plupart des déchets importé sur les terres africaines, d’Asie ou d’Amérique du Sud

– le plomb : présent notamment dans les tubes cathodiques des moniteurs, il peut endommager les systèmes nerveux, sanguins et reproductifs ;

– le mercure : présent dans les écrans plats, il peut abîmer le système nerveux et le cerveau, surtout chez les jeunes enfants ;

– le cadmium : présent dans les batteries d’ordinateur, ce produit toxique est dangereux pour les reins et les os ;

– le PVC : lorsqu’il est brûlé, ce plastique utilisé pour isoler les fils électriques émet substances chimiques cancérigènes et pouvant entraîner des problèmes d’ordre respiratoire, cardiovasculaire ou dermatologique.

Les substances toxiques libérées lors des incinérations contaminent également le canal et le sol de la décharge, sur lequel vaches et moutons viennent paître, au milieu des carcasses d’ordinateurs. Décharge identifiée comme l’une des dix sites les plus pollués au monde.

La réalité de notre surconsommation et la continuité de l’émanation probable d’un flux de dangereux déchets vers l’Afrique l’Asie ou l’Amérique Latine. Car la logique de la politique des impérialistes et de ramasser chez les autres ce qui pourra les faires bien vivres et de laisser chez les autres ce qui les gènes et pourra les faires crever.

 

La société de consommation dans tous ses excès ressemble aux troubles du comportement d’une nymphomane toujours insatisfaite elle ne fait que répéter ses propositions publicitaires dans l’unique but de développer chez vous une addiction par le piège de la fascination d’acquérir.

Certains aimeraient que les étoiles tombent du ciel juste parce qu’ils ont la flemme de levé la tête pour les regarder.

On ne s’épanoui pas dans le matérialisme mais on l’use parfois plus vite que les pneus d’une Ferrari pour s’étonner que c’est déjà cassé

Ou qu’un autres nouveau modèle est déjà sorti venant rendre obsolète notre dernière achat.

 

Il résulte de la surconsommation la dangerosité d’une exploitation sans frein des hommes et de l’exploitation de ses ressources terrestres en particulier dans les pays les plus défavorisés qui sont les premiers impactés par l’importation des déchets électroniques et la spoliation de leurs ressources pour la fabrication de nouveaux appareils électroniques.

L’expression « société de consommation » est utilisée pour désigner une société au sein de laquelle les consommateurs sont incités à consommer des biens et services de manière abondante. Dans les sociétés occidentales, la consommation est un élément structurant des relations sociales. Au niveau de l’individu, elle n’est plus un moyen de satisfaire les besoins mais plutôt un moyen d’exister.

La différence du mode de vie entre les riches et les pauvres ne cessera pas de s’accentué tant que la société de consommation continuera à dominer la plupart des esprits ou s’affichent dedans que le désir de posséder. Leurs réflexions sont devenues comme des codes-barres passant sous un scanner pour anesthésier la plupart des consciences et des bon choix. Engendrant l’élévation de la pollution dans le monde et développant une avarice pathologique chez les hommes devenus atteint par la phobie de perdre la qualité de leurs conforts de vie.

La pire forme d’impérialisme de notre époque est la fabrication des guerres qui ne se déclenchent pas en faveur de la paix mais en faveur des enjeux géostratégiques.

Et pour répondre à la demande des consommateurs les pays au fort taux de consommation cherchent impitoyablement à s’accaparer chez les autres les matières qu’ils ne disposent pas chez eux. Les oligarques tirent leurs pouvoirs économiques par les gains usuraires que pratiquent les banques, les pillages des ressources du tiers monde pour répondre au besoin du développement du nouveau mode de vie des consuméristes. Le monde est fait de ceux qui remplissent les poubelles par leurs gaspillages et ceux qui fouillent dedans pour survivre.

Ne laissez jamais les codes d’une société qui a tourné le dos au bon sens déterminé la santé votre état psychique.

 Extrait du livre

 

Dès le lendemain en plein milieu de la matinée un jeune infirmier est venu me chercher pour poursuivre l’analyse de ma thérapie avec le psychiatre.

En ouvrant la porte j’esquivai de justesse le coude d’un quadragénaire courant à toute vitesse dans l’allée du couloir de l’hôpital psychiatrique.

Répétant de façon saccadé les onomatopées et différents bruits nasillard d’un personnage de cartoons:

« Mbiip!Mbiip! »

D’après l’infirmier cette ancien publicitaire avait subi un internement un après-midi après une hallucination provoqué par un excès de drogue de synthèse qu’il avait eu la mauvaise idée de prendre pour développer son sens créatif pour tenir le choc sein de sa profession.

Il lui arrivait juste de dire occasionnellement lorsqu’il croisait un interne la phrase culte de Bugs Bunny:

« Heuuu quoi de neuf docteur? »

En ayant perdu son identité il s’est raccroché à celle d’un personnage de dessin animé qu’il avait l’habitude de regarder.

En ouvrant la porte du bureau de psychiatre je l’entendit baisser le cadre de la photo qui se trouvait sur son bureau juste avant que je rentre et ne reprenne ma séance de psychanalyse:

« Bonjour bien dormi Mr Brad? »

« Disons que j’ai eu le temps de me reposer sans avoir l’angoisse de penser que j’allais reprendre mon travail aujourd’hui »

« Certes le travail que vous aviez été un travail très stressant.

Reparlé moi des cas les plus délicats que vous avez eu à traiter »

Je ne pouvais après cette question de faire un zoom sur la vie malheureuse de ce gosse de riche fils unique d’un énarque et d’une mère multi diplômée m’ayant appelé alors qu’il se trouvait sur le passage d’une voie ferrée prêt à se suicider en attendant la venue d’un tgv.

L’indifférence de ses parents constamment absents par préoccupation d’enchainer les heures supplémentaires ou de vagué à leurs occupations de libertins décomplexés avaient t complétement poignardé sa joie de vivre.

Je me rappelle encore de notre discussion:

« Prévention suicide bonsoir »

A ma surprise une voix de gamin répondu:

« Allo je m’appelle Alison Gonthier je vous appelle pour que vous disiez à mes parents qu’ils n’auraient jamais dû me mettre au monde une fois qu’ils apprendront ma mort.

Transmettez leurs le message s’il vous plait.

Tous leurs temps et leurs amours est parti dans leurs milieux professionnelle pour garder un train de vie luxueux ou avec leurs amants préoccupé par les désirs de leurs relation extra conjugales.

Ma mère doit être cocu plus de dix mille fois.

Et mon père surement le double.

Si j’étais une insulte je serais fils de cocu.

Je suis à bout de vivre dans un désert de sentiments.

Toute leurs indifférences me renvoie la réalité de l’erreur de ma conception. »

Il fallait faire vite le gamin était sur les rails et risquait d’une minute à l’autre de finir en macabre puzzle.

Le gamin attendait allongé sur les rails qu’un train mette brutalement fin à sa vie en m’expliquant désespérément ses motivations au bout du fil:

« Quand je serai mort toute cette affaire embarrassera terriblement mes parents de n’avoir jamais assumé leurs responsabilités parentale »

« Donc si je comprends bien ta lâcheté de ne plus vivre viens parce que tu souhaites mettre tes parents dans l’embarras?

Mais si ça se trouve en faisant cela tu vas leurs rendre le plus grand des services! »

Le gamin surpris par ce qu’il venait d’entendre

« Pardon!?

Qu’est-ce que vous avez dit? »

« D’après tes dires tu es une erreur de conception par ton père qui est un énarque qui passe ses journées à bailler à l’assemblée national fatigué de ses nuits agitées qu’il a passé à s’acharné à tromper ta mère et ta mère est devenu finalement comme lui en te négligeant car tu es devenu plus que l’évocation d’un souvenir d’un mariage heureux qui ressemble aujourd’hui à un carambolage sur l’autoroute et

Tout ce qui la lie avec cette infâme fils de p-te!

Donc finalement si tu meurs ça risque juste d’arranger tout le monde! »

Un train au loin arriva et commença à très dangereusement se rapprocher.

Le gosse se mit à réfléchir comme si ça lucidité refaisait surface après que le désespoir l’ai faite brutalement flanchée.

« Qu’est-ce que je dois faire? »

« Vivre dignement en étant tout le contraire de tes parents en apprenant à surmonter les adversités en utilisant pleinement toutes facultés intellectuels.

Si tu échappes à ton suicide les gens chercheront à comprendre ton geste et ce qui t’a poussé à agir de la sorte.

Toutes les attentions que tu voulais te seront du pendant un certain temps t’offrant même la possibilité de ne pas allez à l’école pendant quelques jours pour avoir un peu de temps à place pour te reconstruire.

Pour eux tu représenteras une victime rescapé d’un traumatisme irréversible.

En agissant ainsi tu pourras mettre ainsi tes parents face à leurs irresponsabilités parentales et le déluge de la honte s’abattra sur eux comme des gens finissant trempé par le scandale, surpris par l’éclat d’un orage de vérité après qu’ils soient sortis sans parapluie.

Ils seront coincé dans l’embarras comme la situation que tu cherchais à faire »

Le gosse se retira des voies au dernier moment j’entendis brutalement freiner le train contre les rails de fer faisant sifflé mes oreilles mêmes depuis le bout du combiné.

Le responsable du centre d’appels arriva très en colère en courant comme si il avait eu le feu à son pantalon pour hurlé jusqu’à s’essoufflé trop haussé la voix:

« Non! Et non! Non! Vous ne pouvez pas parlé comme cela Hector tous ces p-tain d’appels sont enregistrés. »

Au bout de quelques secondes j’entendis la voix du gamin au bout du fil:

« Allo est-ce que je vais avoir des problèmes? »

La tension redescendu d’un cran quand tous ceux qui étaient autour l’avaient déjà imaginé en lambeaux de chairs éparpillées tout le monde se mis à hurler de soulagement:

« Le gamin est vivant! Le gamin est vivant! »

Je lui ai répondu profondément soulagé qu’il soit encore vivant:

« Non tu ne vas pas avoir des problèmes mais tes parents vont en avoir de très gros comme tu le souhaites! »

 

 

 

 

 

 

 20150701_180406Le portail d’une dépression

Résumé du livre « l’évasion d’une vérité » le cruel héritage radioactif des bombes américaine

Résumé

En quelques années, Clark Newton est devenu l’un des plus brillants reporters de guerre au sein d’une grande chaîne d’information américaine, grâce à ses prises de risque et à l’exclusivité de ses reportages insolites. Suite aux bombardements aériens, sa vie basculera à Falloujah, une ville irakienne, tandis que la chaîne pour laquelle il travaille s’empressera d’annoncer sa mort. En réalité, il est vivant, coincé sous les décombres d’une ville totalement détruite et sauvé par un enfant irakien venu d’une province d’Al-Anbâr.
Pendant que tout le monde le croit mort, il décide d’effectuer une enquête indépendante sur le taux de radioactivité de la ville où s’est déroulé le bombardement dont il a été victime. Il sera alors confronté aux malformations d’enfants causées par les effroyables effets dévastateurs des bombes américaines.L’évasion d’une vérité

Extrait du livre « le portail d’une dépression » (l’asile de la surconsommation ) de Boel Souleymane

housse-et-oreillers-louis-vuitton11126437_1634769873428045_1544739818_nob_08c898_11046283-1622157658022600-64979026087511418637_1631570013748031_2022125824_n667007--cocaine-330x200

Le psychiatre stupéfait m’interrogea sur comment j’avais réagi le lendemain en apprenant la nouvelle:

«Mr Bradd Qu’avez-vous ressenti de ne pas avoir pu sauver cet homme ? »

« Un échec est toujours difficile.

Mais je suis quand mais je suis quand même retourné au travail dès le lendemain car j’étais encore en période d’essai »

« D’autre appel marquant vous vienne à l’esprit comme ceux que vous vous avez pu précédemment évoqué ? »

« Oui ! Celui d’un flic travaillant au 36 rue quai des orfèvres souhaitant épancher sa dépression au bout du fil »

« Prévention suicide bonsoir »

Un homme fortement essoufflé était au bout du fil faisant frire le combiné par un souffle entrecoupé

« J’aimerai parler à quelqu’un s’il vous plait »

« Oui je vous écoute. Vous pouvez rester anonyme si vous le souhaitez»

« Cela ne m’embête pas de vous dire qui je suis.

Mon nom est Ciota Laurent j’ai travaillé deux ans en tant qu’inspecteur des stups à Paris après avoir été déchu de mes fonctions

Il y a trois mois j’ai été soupçonné d’avoir fait sortir 91 kilos de cocaïne d’un bureau de la pj du 36 qui y avaient été placés sous scellés. .

Nous étions plusieurs à marcher dans la combine.

Seulement moi seule a été mis en cause et entendus par l’IGPN.

Le soir du vol des dealeurs avec qui l’on avait l’habitude de bosser avaient besoin d’un réapprovisionnement d’urgence après qu’un de leurs go- fast ce soit fait arrêté après une filature.

Alors ils m’ont proposé de les livrés pour compenser l’arrivage perdu de leurs marchandises.

Faute de preuve j’ai été relâché mais déchu de mes fonctions.

Mon train de vie a complétement changé j’avais l’habitude de faire des gros chiffres, avec la couverture de tous ceux qui marchaient dans la combine.

Mais tout est redescendu comme un phallus qui est arrivé au bout de son plaisir.

J’ai rendu mon arme de service mais il m’en reste encore une.

Je ressens le besoin de partir. »

Alors que l’homme s’apprêtait à commettre un suicide au bout du fil un de ses enfant s’est réveillé et a ouvert la porte en voyant son père s’apprêtant à glisser le bout du canon dans sa bouche.

En voyant son fils il est redevenu raisonnable et le drame a pu être évité. Six mois après il a été descendu par des anciens collègues qui prirent peur qu’il ne révèle tous ce qu’il savait au bœuf-carottes.

 

 

 

 

 

Extrait du livre « les frontières de l’éspoir » (Gang Unit) de Boel Souleymane

Résumé
Antonio Tollamo a tout juste dix-huit ans et a vécu toute sa vie dans un infâme bidonville crasseux : une décharge sauvage de plomb empoissonnée par les déchets toxiques d’une zone industrielle de la ville de Tijuana au Mexique.
Tout juste située à la frontière américano-mexicaine…

De sa jeunesse, il n’a été que le témoin de règlements de comptes sanglants entre cartels de la drogue, et de mortalités infantiles dues à des maladies inconnues causées par une rivière intoxiquée ramenant les déchets d’usines étrangères pour profiter de la main d’œuvre bon marché.

Pour lui, son avenir ne peut plus être lié à des effluves toxiques. Mais traverser la frontière américano-mexicaine est une épreuve à hauts risques…

 

 

 

Lorsque la corruption et la pauvreté ne vous
donnent pas le minimum de vos droits en termes de
santé, d’éducation et de situation sociale.
Beaucoup font le choix de partir loin d’où ils ont
pu grandir et où ils ont fait leurs premiers pas.
J’ai la conviction que si les valeurs humanistes
étaient un animal, elles seraient le tigre du Bengale,
car comme lui, elles sont une espèce en voie de
disparition.
L’encouragement à la reproduction de ses
principes et valeurs est capital, avant qu’ils ne
deviennent plus que les souvenirs d’une autre époque.
Entre 2009 et 2010 l’administration d’Obama à
vendu des milliers d’armes lourdes aux cartels de la
drogue mexicains les plus ultra-violents au cours
d’une opération secrète baptisée « Fast and Furious »
pour piéger des trafiquants de drogue.
Engendrant une violence sanglante qui a
certainement très favorisé les flux des migrants
mexicains vers l’Amérique de part toutes ses armes
lourdes entre de très mauvaises mains.
Un chef d’Etat ayant d’ailleurs toujours été depuis
son mandat toujours plus proche des dîners des
mondialistes, qu’à l’écoute du mal-être des déshérités
de son pays.
Laissant les Afro-Américains à l’abandon, dans la
pauvreté et la difficulté à pouvoir accéder aux soins
tous en étant confronté quotidiennement à la violence
des gangs.

Déja disponible sur www.fnac.comob_ab6caf_picture-10479-1418049216 (2)

Extrait du livre « le portail d’une dépression » (l’asile de la surconsommation)de Boel Souleymane

Résumé du livre : «Le portail d’une dépression »
Après avoir peu scrupuleusement falsifié les pré requis de ses compétences sur son cv ayant ajouté les connaissances de ses bases en psychologie après une rencontre avec une inconnu sur Paris en réalité  inexistantes pour tenter de s’en sortir à payer les pensions alimentaires de ses deux divorces.
Hector Bradd fini par accéder à un poste d’opérateur téléphonique au sein d’un centre d’appels de prévention au suicide pour les personnes dans le besoin d’écoute. Afin d’enlever leurs idées de passer à l’acte .A peine avoir commencé cette nouvelle activité salariale qu’il pense déjà à une rapide reconversion professionnelle. Déplu de prendre à la chaine mes appels à l’aide des personnes dépressifs qui lui dresse un portrait abjecte de la société actuelle. Tout va réellement se durcir lorsqu’il va prendre l’appel d’un supérieur en étant au bord du suicide. Un seul mensonge peut vous mettre dans le pire des embarras.

 11046283_1622157658022600_6497902608751314882_ndnews-files-2013-02-guns-suicide-660-jpg
Je pensais  être psychologiquement assez  solide  en rejoignant le Centre d’écoute de « suicide prévention »  Mais si je l’avais été,  je ne me serais jamais retrouvé face à vous dans cet hôpital psychiatrique. Des appels difficiles à recevoir dès le premier, après une brève  formation par la  » double écoute « .Pas évident  de dissuadé des  hommes qui vous appel de chez eux avec un flingue sur la tempe de réussir à trouver les bon mots alors que les chuchotements de notre société moderne les convie à pressé la gâchette.
Un footing dans un terrain de mines voilà à quoi ressemblait ce job cimenté par des situations menaçantes et déstabilisantes chronique à chaque sonnerie ou un candidat au suicide était au bout du fil :
Je me rappelle du dialogue de mon premier  appel comme si s’était hier :
« Prévention suicide bonsoir »
« Allo bonsoir j’aimerai savoir si vos appels sont enregistré ? Car j’ai décidé  de commettre un suicide en directe avec une personne en ligne pour lui expliquer en détail avant les raisons de mon geste »
« Tous nos appels sont enregistré je suis là pour vous aider à surmonté vos angoisses.
Dites-moi ce qu’il ne va pas ? »
« Je m’appelle Guy lagarigue j’ai travaillé douze ans pour le gouvernement français  je faisais parti d’ un des hommes des réseaux d’influence et des mécanismes politiques, économiques et militaires qui lient la France à ses anciennes colonies en Afrique. Je ne suis qu’une merdre !
Mon passé n’est qu’excrémentielle.
Ma vie se résume à avoir fabriqué des instabilités aux seins de  pays  Africain aux richesses si mal partagées pour le service des entreprises phares de l’Hexagone.
La semaine dernière je me suis fait renverser par un chauffard alors que j’allais voir un amis ayant travaillé pour le ministère publique des finances.
La seule personne qui m’a aidé était un Africain travaillant pour la mairie de Paris.
Depuis ce jour  les actes de mon passé me hante et je n’arrive plus à vivre avec  le fardeau des atrocités que  j’ai pu faire  »
« Très intéressant ! Ne pensez-vous  pas que si vous vous  tuez maintenant vous n’aurait pas eu le temps de vous racheter en dénonçant  les mécanismes des maillons dont vous avez fait partie ?
Laissant une famille en deuil avec la bande sonore de son suicide»
« Que feriez-vous à ma place ? »
« Pourquoi n’écrieriez-vous pas  un livre sur les mécanismes occultes dont vous avait fait partie ? »
« Mais c’est dangereux ils pourraient me tuer ? Ou s’en prendre à ma famille ? »
« Donc vous préférez vous suicidez en laissant les choses se répété  Mr Lagarigue ?»
« Je ne sais plus. Je pense que vous avez raisons je vais me mettre à écrire mon autobiographie »
 

extrait du livre « le portail d’une dépression » (l’asile de la surconsommation)
sortie courant 2016 inchaa ‘Allaah