Summary of the film « the crossroads of refugees by Souleymane Boel

A prominent, deeply unfriendly and greedy businessman is on his way to signing his biggest gun order in his professional life.

Worried and preoccupied with the weather, he has a meeting with a client who only deals with salespeople respecting their exact meeting times after being ambushed by a gang of Russian traffickers in his past.

On his way to the signing his anguish continues to grow on a blocked road, the man suddenly orders his driver to leave the peripheral traffic jams in an attempt to arrive on time.

Arrived at a crossroads filled with refugees, nothing is going to turn out as he had planned.

A short film written by @boelsouleymane with ÜYÜKLÜ Harun @hu_officiel ALTAN Mehmet @mehmetaltan Mohamed SBRE @mohamedsbre Fabien green @ fabgreen07
@omsi_kario
@ Ame_lie1627 @ mr.nash_officiel

Rencontre avec BOEL SOULEYMANE auteur de « jusqu’à la mort du franc C.F.A  » interview à paraitre sur le site Edilivre.

Rencontre avec BOEL  SOULEYMANE auteur de « jusqu’à la mort du franc C.F.A « 

– Présentez-nous votre ouvrage: 

C’est l’histoire de l’itinéraire d’un enfant  nigérien  fils d’un brillant économiste assassiné  pour ses  prises de positions frontales contre le Franc C.F.A. et l’éveil  de son peuple sur ce sujet.

En découvrant  la vérité sur les raisons  exactes  de l’assassinat  de son père  il tente tout d’abord  de comprendre  le message  qu’il a laissé  à  son peuple à  travers  un ouvrage  en    décrivant  les rouages des mécanismes  d’un  système  monétaire servile et colonial.

Arrivé  de Niamey  pour vivre à  Villepinte  il découvre  les problèmes sociaux de la banlieue  parisienne, la violence  parentale  à  travers son meilleur autiste  et hyper mnésique avant de grandir et de se lancer à  la recherche  des assassins  de son père.

– Pourquoi avoir écrit ce livre?

A travers  cette histoire  ponctuée  de rebondissements  j’ai voulu  dénoncer  ce système d’austérité monétaire  colonial qu’est le franc C.F.A qui prive depuis son existence les pays africains  de la zone franc  de leurs souverainetés   monétaires en favorisant à travers cette ingérence économique leurs  sous développements.

– A quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?

A un public adolescent  en raison  de la violence de certaines scènes.

– Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce  livre?

Cette histoire  delivre comme message au lecteur la force que peut avoir une oeuvre littéraire même  après  la mort de son auteur.

Akill le héros de ce roman est un enfant  profondément révulsé  par l’idée  de lire cependant lorsqu’il  apprend par sa mère  que son père  a laissé un livre avant de mourir il n’a pas d’autre choix que se forcer  à  lire pour comprendre  qu’elle a été son parcours, son choix et   les raisons  de son assassinat.

Au fil des pages il prend goût  à  la lecture en comprenant que ce livre lui permet d’apprendre ce que son père n’a pas eu le temps de lui dire.

L’idée  m’est venue en lisant des auteurs comme  Frantz fanon, ou Aimée  Césaire  ces grands auteurs  sont morts mais pas les messages qu’ils ont pu écrire.

– Où puisez-vous votre inspiration ?

Mon inspiration est   absorbée sans retenue par tous ce qui peut m’entourer.

Le département de la seine saint  denis ou je vis est selon moi  le meilleur  des départements  pour écrire car nous vivons avec le monde entier.

– Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?

Un nouveau  roman  sur l’esclavage  moderne à  travers une histoire  traitant du trafic d’êtres  humains  lié à l’immigration clandestine.

L’ouvrage  s’appellera: « le désert  des émotions »

– Un dernier mot pour les lecteurs ?

Je les invite  à  découvrir  mon nouveau roman   aussi bien riche  en émotion qu’en matière à émanciper la réflexion sur les maux du colonialisme monétaire.

C’est un roman idéal pour ceux qui apprécient des histoires inattendues et  qui ne se devinent pas.

Je les invite  également  à suivre mon actualité cinématographique  en regardant les court-métrages « belles paroles  réalisé par Mohamed  Ouaddah sur l’handicap ,  « une chute stupéfiante » réalisé par Mahmoud Haroun sur les effets  destructeurs liés au trafic de stupéfiants.

Je leurs donne rendez-vous également  au mois de septembre 2020  pour mon troisième court-métrage: « le carrefour  des réfugiés » une oeuvre cinématographique abordant les  conditions de vie  des réfugiés qui gravitent  aux portes du périphérique parisien.

Résumé du livre « Jusqu’à la mort du Franc CFA » de Souleymane Boel le fils d’un économiste bien décidé à retrouvé les assassins de son père mort pour l’indépendance monétaire des pays africains de la zone franc.

Jusqu’à la mort du franc CFA

Le prix du refus de la servitude monétaire 

Par Souleymane Boël

Thème : Roman psychologique

Format : Roman (134×204)

Nombre de pages : 206

Date de publication : 03/07/2020

ISBN : 9782414477043

Disponible

VERSION
PAPIER

Prix unitaire
16,50 €Qté
Total
0 €

VERSION
NUMÉRIQUE

Prix unitaire
4,99 €

format PDF

RÉSUMÉ

Cinq ans après le meurtre de son père, tout semble s’éclaircir comme le lever de l’aube pour Akil, fils d’un jeune et brillant économiste nigérien qui a fini criblé de balles sur le parking d’un hôtel de Niamey, à la fin d’une conférence pour la sortie de son premier livre dénonçant la répression monétaire des anciennes colonies africaines de la France. Peu de temps après avoir quitté le Niger pour la banlieue parisienne, Akil tombe sur une coupure d’un journal retrouvé dans la chambre maternelle. Cette découverte bouleversante met subitement un terme au mensonge d’une mère protectrice sur les circonstances exactes de la mort de son mari ayant sciemment souhaité tenir son fils unique à l’écart du militantisme africain. En découvrant cette vérité cachée dans le livre de son père, l’enfant semble bien décidé à parachever la lutte pour l’indépendance monétaire commencée par son père.

résumé du film « Le carrefour des réfugiés » de Souleymane Boel une course à la montre pour un marchand d’arme en plein périphérique face à la réalité de son commerce de mort.

résumé du film« Le carrefour des réfugiés »🎬 
de BOEL Souleyman.
Un important homme d’affaires profondément antipathique et cupide est en chemin pour signer sa plus grosse commande d’armes lié à ses activités professionnelles.

Inquiet et préoccupé par le temps il a rendez-vous avec un client ne faisant affaire qu’avec des vendeurs  respectants l’heure¹ exactes de leurs rendez-vous après avoir subi dans son passé un guet-apens par une bande de trafiquants russes.

En route pour la signature son angoisse ne cesse de croitre sur une route bouchonnée l’homme  donne soudainement l’ordre à son chauffeur de quitter les bouchons périphériques pour tenter d’arriver à l’heure.

Arrivé à un carrefour rempli de réfugiés rien ne va se passer comme il l’avait prévu.

Un court-metrage écrit par @boelsouleymane avec ÜYÜKLÜ Harun @hu_officiel ALTAN Mehmet @mehmetaltan Mohamed SBRE @mohamedsbre Fabien green @fabgreen07
@omsi_kario
@Ame_lie1627@mr.nash_officiel

Extrait du livre « Le désert des émotions » de Souleymane Boel

L’homme ne naît pas pour asservir ou être oppresser son histoire à un rôle plus important que de finir l’oublié ou la victime  d’un devoir de mémoire.

L’humain n’est pas venu au monde pour devenir la propriété exploitable ou négociable d’un autre car la mort est plus enviable qu’une vie où l’on perd le droit de propriété sur soi-même.

Je n’ai pas eu besoin  d’avoir  fais le tour du monde pour  comprendre

 que les émotions finissent  trahies par des regards.

L’humain est capable du pire comme du meilleur  mais très souvent du pire lorsque son incapacité à se mettre à la place de son prochain  l’empêche de le traiter comme un semblable.

Êtes-vous stupide au point de devoir faire saigner des hommes 

pour devoir vous rappeler que leurs sangs sont de la même couleur que le vôtre? 

Avez-vous oublié votre humanité au point de devoir faire pleurer des familles

 pour devoir vous rappeler que leurs larmes sont de la même couleur que les vôtres? 

Les ravages du racisme ont amené les plus stupides à tomber dans un déni d’humanité envers des minorités et ils ont fini par totalement se déposséder de la leur.

Il est injurieux  pour la prévention des crimes contre l’humanité de laisser une si petite  place à l’histoire de l’esclavage et la colonisation dans les manuels scolaires.

Pour le bien des droits de l’homme il ne faut pas à hésiter à atomiser l’hypocrisie politique qui retarde l’émancipation sociale de la diversité.

Puisque la  genèse du racisme présent  provient des crimes des systèmes esclavagistes du passé à nous d’influencer  aujourd’hui le futur  par la libération  de ce système  de penser.

La vie n’a pas de prix donc l’humain ne peut être un commerce.

Il ne peut exister  d’antagonisme âcre entre deux peuples qui assurent le respect  des fondements de la vie humaine.

Si les hommes avaient été  autant captivés par le savoir que l’argent vous auriez pu ne jamais entendre parler des crimes contre l’humanité.

Le pouvoir peut transformer ses dirigeants en faux aveugles 

qui ont la capacité de voir ce qu’ils pourraient changer mais préfèrent oublier le sens de la vue. 

Dans une société ravagée par l’individualisme nous avons des gens qui peuvent avoir une peur bleue des balles mais qui  ne comprennent pas ceux qui peuvent  fuir la guerre.

Les regards ne mentent pas 

lorsque les yeux refusent de regarder la réalité en face.

Malgré les oppressions qui se superposent et s’entrecroisent pour former différentes configurations dans ta vie garde ton esprit libre comme l’air car personne ne peut l’enchainer.

Ne perdez  jamais vos réflexes pour défendre l’humanité car en restant la bouche close devant un système inégalitaire vous ne faites que renforcer la prospérité de son existence.

Personne n’a fait progresser une société  en  lui cachant ses défauts et en la laissant oublier ses devoirs de fournir à chacun la possibilité de vivre dignement.

Un homme ne s’élève  pas en marchant  sur les autres mais en 

pouvant relever ceux  qui n’avaient  plus la force  de tenir debout.

Il n’y aura jamais d’avenir pour l’humanité  dans une société 

qui materne le racisme en entretenant sa décomposition sociale.

Si nous avons vraiment du respect pour l’humanité 

nous ne pouvons pas ne pas combattre ceux qui la méprisent 

pour une couleur de peau.

La pollution ne s’attaque pas seulement qu’à l’air 

avec le racisme elle s’attaque aussi aux cerveaux.

 Nous sommes une génération bien trop éveillée pour se laisser endormir par des discours paternalistes et sélectionnés concernant les droits de l’homme.

Gardez en vous les  richesses des nobles valeurs et vous ne deviendrez jamais un  mendiant du respect.

L’hypocrisie du gouvernement français fait qu’ils peuvent commémorer l’abolition de l’esclavage

 sans pour autant retirer la statue de Colbert devant l’assemblée nationale.

En édifiant la statue d’une sous-merde comme Colbert la France ne peut que ce discrédité 

d’office dans sa prétention d’être la nation des droits de l’homme. 

J’aimerais dire à l’Éducation nationale française que leurs actions contre le racisme devraient commencer 

par débaptiser leurs écoles qui portent des noms d’esclavagistes.

Dans une société rongée par les maux du racisme 

votre simple apparence peut vous criminaliser et mentir sur votre innocence.

Un pays qui laisse des monuments à l’effigie des auteurs du colonialisme et de l’esclavage 

est un pays qui insulte la mémoire des victimes de ces crimes.

Ils ne peuvent plus déposséder l’humanité pour posséder leurs parts de richesse dès lors ou la complicité passive, le silence, et l’indifférence prennent fin.

La révolte est légitime contre ceux qui outragent l’humanité en  dépouillant les hommes  de leurs dignités en instaurant les plus répugnants systèmes de dominations de classe pour vivre de ces amorales  exploitations.

Les maux du racisme institutionnel sont d’exclure et inférioriser

 les droits des minorités en criminalisant l’existence de leurs identités. 

Ne soyez pas effrayé par celui qui ose  retranscrire la réalité avec justesse car ce que vous cachent ceux qui ont le pouvoir est bien plus effrayant.

  La bonté d’un cœur peut se trouver sous la couleur de n’importe quelle peau.

Toutes les souffrances de ce monde nous imposent de réfléchir sur les conséquences que peut entrainer la négation de l’humanité.

Au-delà des apparences les opinions se fondent objectivement sur les gens

 mais en s’arrêtant sur elles les esprits s’encrassent par les préjugés. 

La vérité n’est pas létale sauf pour l’illusion que vous pouvez vous en faire.

L’islam tue le racisme, tout comme l’ignorance prolonge son espérance de vie.

Ne soyez pas choqués par l’opposition à un système qui traite des individus sans aucune considération, mais plutôt choqués par son mécanisme qui les a externalisés.

Personne ne gagne sa liberté sans volonté de rompre les chaines qu’on tente de lui  faire porter.

Et Personne ne modifie l’issue d’une histoire sans participer à l’évolution de son écriture.

L’humanité  ne peut s’émanciper  lorsqu’elle reste silencieuse et passive face à la congestion d’injustices  des régimes tyranniques.

Personne n’a être docile, discipliné ou silencieux devant des tortionnaires des droits de l’homme.

Partager la douleur d’autrui n’est pas donné à n’importe qui le monde se portrait bien mieux si plus de gens avaient cette précieuse qualité humaine.

Tout le monde a des capacités qui sommeillent au plus profond de nous-mêmes 

et qui ne demandent qu’à se lever pour faire partie de nos vies.

Ce réveil fondamental pour notre réussite ne viendra pas en restant entourés de personnes négatives 

qui sous-estiment nos compétences en les percevant comme des bébés mort-nés 

Une fois que vous aurez fait reconnaitre au monde votre talent, ils n’auront pas d’autres choix que de l’admettre. 

Lorsque ce jour arrivera ils vous regarderont comme un cheval de course sur le toit d’une barre d’immeubles

 en ne cessant de s’interroger comment a-t-il fait pour monter aussi haut?

Le déshonneur de l’humanité est toujours lié 

à la passivité de ceux qui n’ont jamais compris l’importance d’assurer sa défense. 

Si certains ont été aussi forts dans la persuasion morale à rassembler pour combattre les abominations faites à humanité c’est parce qu’ils connaissaient déjà ce que tu viens seulement de découvrir.

Tant que ta volonté persiste  et s’obstine à refuser tes doutes sur toi-même de s’installer  dans ton esprit 

tu parviendras à surprendre tous ceux qui ont sous-estimé tes capacités.

Je ne suis pas un être dénué de penser pour être un esclave mental,

et je ne suis pas un être dénué de mon humanité pour ne pas combattre les esclavagistes modernes.

La vie est une école où tes malheurs deviendront des leçons d’enseignements que tu n’oublieras sans doute jamais.

La vie nous impose des choix de positionnements parce que la neutralité assiste l’oppresseur. 

Toute personne raisonnable avant de s’engager dans une lutte doit s’armer de savoir pour ne jamais se tromper de cible.

Demain n’est pas une promesse.

On ne se libère pas d’une oppression par le déni de son existence il faut inévitablement l’affronter pour s’en affranchir. 

Lorsque une oppression s’abat sur tout un peuple elle l’oblige à devenir une armée de défense pour sa libération.

La décolonisation est l’éveil du vivre ensemble 

car la lutte contre le colonialisme est inhérente avec le respect de l’humanité.

En attendant la valorisation de personnes vous ne ferez que participer à faire grandir la vôtre.

Les victoires des luttes passées contre la ségrégation et le racisme doivent servir d’exemple 

aux nouvelles générations car ces combats sont encore d’actualité.

On ne gagne jamais en respectabilité de soi par l’inaction devant l’inacceptable.

Si ton coeur apprend à mentir  il ne te donnera que l’illusion d’être heureux.

L’indépendance appartient aux audacieux qui ont eu le courage et la force de ne pas dévaluer cette garantie de dignité. 

En tournant le dos à l’adversité l’homme se condamne à ignorer les merveilles de ses capacités. 

Personne ne fait progresser l’humanité sans s’opposer à tous ce qui peut l’avilir. 

Voilà pourquoi aujourd’hui doit être le meilleur moment pour agir.

Souleymane Boel 

Résumé du livre « Jusqu’à la mort du franc CFA de Souleymane Boel déjà disponible chez Edilivre

Jusqu’à la mort du franc CFA

Le prix du refus de la servitude monétaire 

Par Souleymane Boël

Thème : Roman psychologique

Format : Roman (134×204)

Nombre de pages : 206

Date de publication : 03/07/2020

ISBN : 9782414477043

Disponible

VERSION
PAPIER

Prix unitaire
16,50 

RÉSUMÉ

Cinq ans après le meurtre de son père, tout semble s’éclaircir comme le lever de l’aube pour Akil, fils d’un jeune et brillant économiste nigérien qui a fini criblé de balles sur le parking d’un hôtel de Niamey, à la fin d’une conférence pour la sortie de son premier livre dénonçant la répression monétaire des anciennes colonies africaines de la France. Peu de temps après avoir quitté le Niger pour la banlieue parisienne, Akil tombe sur une coupure d’un journal retrouvé dans la chambre maternelle. Cette découverte bouleversante met subitement un terme au mensonge d’une mère protectrice sur les circonstances exactes de la mort de son mari ayant sciemment souhaité tenir son fils unique à l’écart du militantisme africain. En découvrant cette vérité cachée dans le livre de son père, l’enfant semble bien décidé à parachever la lutte pour l’indépendance monétaire commencée par son père.

Extrait du livre « le désert des émotions  » de Souleymane Boel

Le chef de la milice le visage crispé par la colère postillonna sa rage contre son homme de main ayant failli à sa tache de surveillance .L’homme chialait comme un bébé réclamant le sein de sa mère suppliant son patron de lui laisser la vie sauve. « Ramzy demande-moi ce que tu veux mais je t’en supplie ne me tue pas… » «Je n’ai plus rien à te demander. Tu sais lorsque je vais chier et que je tire la chasse d’eau je ne regrette jamais d’avoir pu évacué un dépôt d’excréments qui peut avoir souiller le fond de mes chiottes. En travaillant avec toi c’est comme si je rentrais dans des toilettes bouchées par dix tonnes de merde. Aujourd’hui J’ai l’impression que ma gâchette est devenue une chasse d’eau avec laquelle je vais pouvoir te faire définitivement disparaître. » Avant que Ramzy ne tire sur son homme de main un groupe de migrants étaient partagés entre la joie et la tristesse de voir cet homme d’avoir les larmes aux yeux en suppliant d’être laissé en vie. Un migrant prit sa défense avant que Ramzy presse sa détente: « Pourquoi le tuer? Il n’a sans doute pas fait exprès. » « Ne le tue pas il reste un homme ! » RaMzy déboussolé répondu à ces des hommes qui prirent sa défense malgré le mal qu’il avait pu leur faire : « Hé vous pourquoi vous tenez tant à prendre la défense d’un type qui n’hésiterait pas une seule seconde à violer votre femme ou vous tuer? » « Parce que’au grand jamais nous voulons un jour lui ressembler. » Le guetteur ressentit la honte de sa vie avant de sentir une série de balles lui traverser le corps. Extrait du livre: « le desert des émotions » Auteur:souleymane boel Sortie prévue courant 2020 inchaa’Allah

Extrait du livre « Le désert des émotions » de Souleymane Boel

Mercredi 5 juillet 2017 Stade de foot Raoul Montbrand Pantin en seine saint Denis 

En répondant à mon téléphone j’étais loin de penser que cette journée serait la plus secouante de ma vie.

Je me prénomme Khalil  et mes parents sont originaire de la plus grande ville du Sénégal oriental: «  Tambacounda » situé à plusieurs centaine de Kilomètres de Dakar.

Pourquoi vous le préciser?

Parce qu’il est important que vous saviez d’ou est originaire ma famille pour mieux comprendre  ce qui va suivre. 

Dans la vie les gens disent de moi que je suis un gars posé. Tellement calme que des oiseaux pourraient venir y faire  leurs nids sur ma tête.

Tous le monde dis ici  sais que j’ai un don pour désamorcer les situations les plus sensibles. 

Depuis trois ans je suis entraineur de foot et coach sportif au sein d’un quartier de Pantin la ville qui m’a vu grandir.

Depuis tout jeune j’ai toujours aimé les activités sportives  jusqu’à ce qu’un jour se présente  l’opportunité à moi  d’en faire mon métier.

Dans mon quartier j’ai un rôle d’encadrant socio-éducatif par le biais d’activités sportives que j’anime chaque semaine  pour briser la routine de la cité en tentant de favoriser l’insertion des plus fougueux par le sport.

Mais pour être franc ici cela ne captive pas tout le monde.Dans le quartier il y a ceux qu’on ne voit quasiment jamais, trop occupés par les études. Et d’autres oisifs qu’on peut voir tous les jours aux semelles collées aux ciments des tours stagnants à l’affut du premier gros coup que quelqu’un pourra leur proposer.

Mon meilleur Fahim est Franco-algérien et m’a toujours encouragé vers ce choix après avoir vu la déchéance d’un grand nombre de nos amis d’enfance dévié vers le trafic de stupéfiants ou la dépression que peut laisser les épreuves de la vie.

Ma banlieue à ses funambules cherchant leurs équilibres sur le fil d’un rasoir ,

aux vies qui ressemblent à des plaies vives dans une société tranchante ou il est difficile de cicatriser.

Le quartier a forgé mon esprit et j’ai pu en retenir cette leçon.

Peu importe la hauteur des épreuves le mental doit apprendre à s’étirer comme une échelle télescopique pour les traverser.

Extrait du livre: « Le désert des émotions  » de Souleymane Boel

Sortie prévue fin 2020 inchaa’Allah

Extrait du livre « Le désert des émotions » de Souleymane Boel

L’homme ne naît pas pour asservir ou être oppresser son histoire à un rôle plus important que de finir l’oublié ou la victime  d’un devoir de mémoire.

L’humain n’est pas venu au monde pour devenir la propriété exploitable ou négociable d’un autre car la mort est plus enviable qu’une vie où l’on perd le droit de propriété sur soi-même.

L’humain est capable du pire comme du meilleur  mais très souvent du pire lorsque son incapacité à se mettre à la place de son prochain  l’empêche de le traiter comme un semblable. 

Les ravages du racisme ont amené les plus stupides à tomber dans un déni d’humanité envers des minorités et ils ont fini par totalement se déposséder de la leur.

Il est injurieux  pour la prévention des crimes contre l’humanité de laisser une si petite  place à l’histoire de l’esclavage et la colonisation dans les manuels scolaires.

Pour le bien des droits de l’homme il ne faut pas à hésiter à atomiser l’hypocrisie politique qui retarde l’émancipation sociale de la diversité.

Puisque la  genèse du racisme présent  provient des crimes des systèmes esclavagistes du passé à nous d’influencer  aujourd’hui le futur  par la libération  de ce système  de penser.

La vie n’a pas de prix donc l’humain ne peut être un commerce.

Il ne peut exister  d’antagonisme âcre entre deux peuples qui assurent le respect  des fondements de la vie humaine.

Si les hommes avaient été  autant captivés par le savoir que l’argent vous auriez pu ne jamais entendre parler des crimes contre l’humanité.

Dans une société ravagée par l’individualisme nous avons des gens qui peuvent avoir une peur bleue des balles mais qui  ne comprennent pas ceux qui peuvent  fuir la guerre.

Malgré les oppressions qui se superposent et s’entrecroisent pour former différentes configurations dans ta vie garde ton esprit libre comme l’air car personne ne peut l’enchainer.

Ne perdez  jamais vos réflexes pour défendre l’humanité car en restant la bouche close devant un système inégalitaire vous ne faites que renforcer la prospérité de son existence.

Personne n’a fait progresser une société  en  lui cachant ses défauts et en la laissant oublier ses devoirs de fournir à chacun la possibilité de vivre dignement.

Il n’y aura jamais d’avenir pour l’humanité  dans une société 

qui materne le racisme en entretenant sa décomposition sociale.

Si nous avons vraiment du respect pour l’humanité 

nous ne pouvons pas ne pas combattre ceux qui la méprisent 

pour une couleur de peau.

La pollution ne s’attaque pas seulement qu’à l’air 

avec le racisme elle s’attaque aussi aux cerveaux.

 Nous sommes une génération bien trop éveillée pour se laisser endormir par des discours paternalistes et sélectionnés concernant les droits de l’homme.

Gardez en vous les  richesses des nobles valeurs et vous ne deviendrez jamais un  mendiant du respect.

Je haie l’hypocrisie du Gouvernement français ils peuvent commémorer l’abolition de l’esclavage

 sans pour autant retirer la statue de Colbert devant l’assemblée nationale. 

J’aimerais dire à l’Éducation nationale française que leurs actions contre le racisme devraient commencer 

par débaptiser leurs écoles qui portent des noms d’esclavagistes.

Ils ne peuvent plus déposséder l’humanité pour posséder leurs parts de richesse dès lors ou la complicité passive, le silence, et l’indifférence prennent fin.

La révolte est légitime contre ceux qui outragent l’humanité en  dépouillant les hommes  de leurs dignités en instaurant les plus répugnants systèmes de dominations de classe pour vivre de ces amorales  exploitations.

Ne soyez pas effrayé par celui qui ose  retranscrire la réalité avec justesse car ce que vous cachent ceux qui ont le pouvoir est bien plus effrayant.

  La bonté d’un cœur peut se trouver sous la couleur de n’importe quelle peau.

La vérité n’est pas létale sauf pour l’illusion que vous pouvez vous en faire.

L’islam tue le racisme, tout comme l’ignorance prolonge son espérance de vie.

Ne soyez pas choqués par l’opposition à un système qui traite des individus sans aucune considération, mais plutôt choqués par son mécanisme qui les a externalisés.

Personne ne gagne sa liberté sans volonté de rompre les chaines qu’on tente de lui  faire porter.

Et Personne ne modifie l’issue d’une histoire sans participer à l’évolution de son écriture.

L’humanité  ne peut s’émanciper  lorsqu’elle reste silencieuse et passive face à la congestion d’injustices  des régimes tyranniques.Partager la douleur d’autrui n’est pas donné à n’importe qui le monde se portrait bien mieux si plus de gens avaient cette précieuse qualité humaine. 

Si certains ont été aussi forts dans la persuasion morale à rassembler pour combattre les abominations faites à humanité c’est parce qu’ils connaissaient déjà ce que tu viens seulement de découvrir.

Tant que ta volonté persiste à empêcher tes doutes sur toi-même de rentrer dans ton esprit 

tu parviendras à surprendre tous ceux qui ont sous-estimé tes capacités.

Je ne suis pas un être dénué de penser pour être un esclave mental,

et je ne suis pas un être dénué de mon humanité pour ne pas combattre les esclavagistes modernes.

La vie est une école où tes malheurs deviendront des leçons d’enseignements que tu n’oublieras sans doute jamais.

Demain n’est pas une promesse.

Voilà pourquoi aujourd’hui doit être le meilleur moment pour agir.

Souleymane Boel 

Résumé du livre « Jusqu’à la mort du Franc Cfa » de Souleymane Boel

Cinq ans après le meurtre de son père tous semble s’éclaircir comme le levé de l’aube pour Akil le fils d’un jeune et brillant économiste nigérien ayant fini criblé de balles sur le parking d’un hôtel de Niamey à la fin d’une conférence de la sortie de son premier livre dénonçant la répression monétaire des anciennes colonies africaines de la France. Peu de temps après avoir quitté le Niger pour la banlieue parisienne en tombant sur une coupure d’un journal retrouvé dans la chambre de sa mère, cette découverte bouleversante met subitement un terme au mensonge d’une mère protectrice sur les circonstances exactes de la mort de son mari ayant sciemment souhaité tenir son fils unique à l’écart du militantisme africain. À la découverte de cette vérité cachée en découvrant les écrits du livre de son père l’enfant semble bien décidé à parachever la lutte pour l’indépendance monétaire qu’avait commencée son père.