Thiago a été élevé à Manaus près des rives du rio Negro, au nord-ouest du Brésil. Dans cette capitale du vaste État de l’Amazonas il fut élevé par son oncle avec sa soeur un trafiquant de cocaïne notoire. Depuis son plus jeune âge il fut confronté à la violence après avoir vu son père se faire assassiner sous ses yeux. Âgé de douze ans son père lui avait demandé de sagement attendre dans la voiture le temps de partir faire une course dans un magasin d’alimentation seulement il n’était pas le seul à l’attendre:
“Attends-moi dans la bagnole j’en ai pour quelques minutes.”
Il a dû faire à peine trois pas en sortant de la boutique avant qu’une voiture garée ne démarre et qu’il s’effondre sous des balles de kalachnikov. Le type de la boutique avait l’habitude de se faire extorquer de l’argent par le père de Thiago jusqu’au jour où il en eut marre et décida de faire appel à une équipe de tueurs lui ayant proposé un prix fixe pour se débarrasser de lui en lui tendant un guet-apens. La fusillade fut courte mais d’une rare intensité. Mortellement touché à la gorge l’homme s’effondra en voyant au loin son fils. Ils l’ont arrosés de balles avant d’effectuer une brusque marche arrière sur sa dépouille pour s’assurer qu’il soit bien mort. Le gamin sort en pleurant pour partir serrer une dernière fois son père.
“Papa! Papa!”
À douze ans après l’assassinat il a rejoint le domicile du frère de son père qui lui imposa de rejoindre la structure d’une organisation active ayant le contrôle sur toute la plaque tournante du narcotrafic sud-américain. L’organisation en question était implanté dans le quartier de Colonia situé dans la zone Nord de Manaus. Le frère de son père était le bras droit de cette organisation il était dangereux et violent à Manaus les gens l’avaient surnommé le dentiste car ce trafiquant de drogue avait la spécificité d’arracher les dents aux mauvais payeurs. L’homme l’éleva dans la haine et la cruauté jusqu’à ce qu’il perde complètement sa sensibilité au point de pouvoir tuer de la même manière qu’il pouvait vous dire bonjour.

Extrait du livre « L’estomac des favélas  » sortie prévue courant
2019 inchaa’Allah
Auteur: Souleymane Boel

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s