Extrait du livre « L’estomac des favelas » de Boel Souleymane Rio la mégalopole des âmes et des balles perdues

Dans le taxi que Marco venait de prendre le volume de la radio était très élevé, mais sur le moment Marco n’osa pas demander au conducteur de baisser légèrement car l’homme était en pleine dispute avec son épouse.
Sa femme hurlait au bout du fil au point qu’il entend sa voix résonner.
Elle accusait avec virulence ce chauffeur d’avoir fait une proposition indécente à sa meilleure amie en contrepartie d’une course gratuite:
-«Chérie enfin calmes-toi pourquoi tu te mets toujours dans des états pareils.
Tu ne vas tout de même pas croire les mensonges de cette petite dévergondée.
C’est justement parce que je n’ai pas voulu céder à ses avances en échange de sa course qu’elle cherche à se venger en racontant un tas de conneries sur moi.»
-«Paulo jusqu’à quand tu vas continuer de me prendre pour la dernière des connes.
Graciella t’a enregistré et m’a fait tout écouté avec son téléphone.
On t’entend lui dire clairement:
-«Il va falloir que tu me suces parce que moi je ne fais pas crédit d’une seule goutte d’essence.»
Un silence laissa place aux paroles que la radiodiffusait.
-Tu me dégoutes! Tu n’es qu’une sale merde avec lequel j’ai perdu trois ans
Comment a tu pus me faire cela avec ma meilleure amie!?
Une pauvre femme qui comptait juste sur ta bonté pour aller rendre visite à sa mère malade et qui il y à peine deux heures vient d’apprendre son décès.
Tout est fini je ne te le pardonnerai jamais…
Cette pauvre fille aveugle de naissance à frapper à la porte de ton cœur et tu en as profité pour lui ouvrir ta braguette.
Alors que tu étais la seule personne qui aurait pu l’emmener voir une dernière fois sa mère
Tu trouveras tes affaires devant la porte sale pourriture enfin ce qui en reste.
Les chiens du quartier ont dû pisser dessus et je te préviens surtout ne t’avise pas de revenir chez moi. j’ai déjà prévenu tous mes frères de ce qu’il s’est passé ils n’attendent que de tomber sur toi pour te dérouiller ou bruler ton taxi.
Oublie-moi sale fils de femme à bordel.
J’aurais aimé ne jamais t’avoir connu Paulo! »
Marco venait d’arriver à Rio et dans la voiture de cet ignoble chauffeur au regard trop souriant pour être honnête qui roulait à vif allure vers l’adresse indiquée.
il ne pouvait pas faire autrement que d’écouter tous le long du trajet la querelle que ce chauffeur avait avec sa femme.
Son épouse lui reprochait d’avoir tenté d’abuser de sa meilleure amie après qu’elle soit partie lui demander un crédit pour une course de taxi pour une urgence de famille pour rendre visite à sa mère malade. La vie est souvent faite d’arnaqueurs de sentiments et de victimes aux cœurs tendres souvent la cible de ces personnes mal intentionnée qui profitent de la moindre situation de détresse pour tenter d’abuser de leurs faiblesses.
Pour cette personne non voyante elle avait eu le bon réflexe pour piéger ce pervers sans foi ni loi.
Quelques minutes avant de garer son taxi devant un petit bar qui semblait mal fréquenté du nom de:«Da Lage »
L’homme passa un coup de téléphone à l’une de ses maitresses pour très certainement anticiper le fait de ne pas dormir dans son taxi :
«Allo chérie écoute finalement j’ai bien réfléchi et j’ai décidé de quitter ma femme pour toi.
Je ne pouvais plus continuer à faire semblant de l’aimer alors que la chair de mon cœur ne cessait de me torturer de vivre loin de toi.» «Comment a-t-elle réagit?»
-«Forcement elle l’a mal pris elle a jeté toutes mes affaires.
Mais je la comprends elle n’a pas supporté ma décision je lui en veux pas à présent une page est maintenant tourné
Écoute fait toi belle pour ce soir et prépare-moi un bon plat comme tu en as l’habitude car mon intuition d’homme amoureux me dit que cette nuit risque d’être la plus longue de ta vie»
Le taxi arriva à l’adresse ou la future épouse de Marco lui avait fixé rencard.
Marco avait deux heures d’avance mais pour lui il était préférable d’être ponctuel pour venir retrouver sa future épouse et récupérer au plus vite son fric.
Le chauffeur de taxi tenta de gonfler le prix au moment où Marco régla la course.
Mais en un seul regard et une seule phrasent il comprit qu’il ne fallait pas insister:
-«Je n’oublie jamais ce qu’on peut me dire Paulo voilà pourquoi j’avais déjà préparé ton fric au moment où ta femme t’annonçait qu’elle te quittait après avoir appris que tu avais proposé à une non voyante de te sucer alors que sa mère était certainement en train d’agoniser »
Il régla la course et rentra dans le bar du rendez-vous en se sentant immédiatement dévisagé.
Puis commanda une boisson fraiche avant d’attendre que le temps passe pour retrouver Olivia l’hôtesse de l’air qu’il avait rencontré quelques mois plus tôt et à qui il avait confié la totalité de l’argent de son braquage.

Extrait du livre « L’estomac des favelas » de Boel Souleymane Sortie prévue 2018 inchaa’Allah520211d735705d93419f937addddddddddddddddddL'estomac des favelas (1)PHOTOOFFICIALBOELSOULEYMANE

Publicités

L'estomac des favelas (1)PHOTOOFFICIALBOELSOULEYMANE

Résumé du livre « L’estomac des favelas »
Usé par un passé d’écorché vif et de deux ans de cavale après une évasion réussie d’une centrale pour le crime du meurtrier de son frère. Marco fait la rencontre d’une hôtesse de l’air qui rapidement fait enfler l’idée de préparer un dernier gros coup en vue de partir loin au soleil pour trouver la sérénité qu’il n’a jamais eue. En organisant minutieusement le braquage d’une vente privée il réussit avec sang-froid et habileté à rafler 200 000 euros à un commissaire-priseur. Deux jours plus tard il s’envole pour Rio après avoir fixé un rendez-vous avec sa nouvelle petite amie une sublime hôtesse de l’air d’une compagnie brésilienne qu’il lui a garantie de l’épouser et de pouvoir acheminer son argent en sûreté par le biais de la complicité d’un pilote d’avion de sa compagnie pour contourner les contrôles aéroportuaires. Le rendez-vous est fixé dans le bar de son oncle. Seulement le jour du rendez-vous la jeune femme demeure absente et durant une attente insoutenable il devient le témoin d’un homicide avorté ou un gosse ramasse une rafale de balles perdues et l’oblige à prendre la fuite avec le frère de la victime dans l’une des plus grandes favelas de Rio.
Auteur Souleymane Boel sortie prévue 2018 Inchaa’Allahfavelasooo1

Extrait du livre « L’estomac des favelas » de Souleymane Boel

Paris VIIIe arrondissement rue de Moscou 16h44.
Sous un temps pluvieux un braquage éclairé de la recette d’une vente privée d’un salon d’antiquaire.
Tout juste après qu’un acheteur russe patron d’une société de holding du nom de Mr Moskova ait remis 200 000 euros en liquide à un commissaire-priseur pour compléter sa collection d’art.
Une fois l’acheteur parti avec l’œuvre facture en mains le commissaire-priseur ferma à clef son bureau et ouvrit la porte de son coffre sourire aux lèvres en appelant son client pour lui dire que la vente qu’il avait organisée s’était bien déroulée .
Seulement cet homme était loin de se douter que depuis la veille avec l’aide de la femme de ménage.
Marco s’était introduit dans le faux plafond et attendait que cet instant pour agir après avoir préparé minutieusement son coup depuis plusieurs semaines.
L’homme n’a pas eu le temps de comprendre ni de finir sa communication avec son mandataire.
« Oui halo monsieur Lemoine écouter je tiens à vous rassurer tout s’est admirablement bien passé.
Le tableau vient tout juste d’être vendu à Mr Moskova pour la somme de 200 000 euros. »
Au même moment un plafond s’effondre provoquant un nuage de plâtre.
En une fraction de seconde les yeux de la victime croissent des yeux d’un homme sous une cagoule avant de prendre une série de coups de crosse d’un 11 43 en plein visage en guise d’anesthésie générale.
Marco raccroche pour ouvrir son sac de sport et Vider le coffre en laissant tomber les liasses en raclant la totalité du fond du coffre-fort.
Le téléphone se remit à sonner au moment où il s’apprêta à prendre la fuite:
« Allô!? Allô !? Mais enfin qui êtes-vous et qu’est-ce qui se passe? » « Ce qui se passe je peux te le dire: tu viens te faire braquer la recette de ton tableau.
Mais rien de dramatique tu es un artiste ça t’inspira sûrement pour en faire un autre plus réussi.
Par contre pour savoir qui je suis ça tu ne le sauras que si la police gagne la partie du jeu que j’ai commencé avec elle.»
Extrait du livre « l’estomac des favélas » de Boel Souleymane sortie prévue 2018 inchaa’
Allah

36398143_2096751940563167_6795230890449436672_nPHOTOOFFICIALBOELSOULEYMANEL'estomac des favelas