Extrait du livre « L’estomac des favélas » de Boel Souleymane

Trois jours après son arrivée à Rio et après le meurtre du frère de Carlos.
Sous un soleil encore battant Marco se retrouva à devoir s’enfuir précipitement avec ce gosse après que ce dernier ait volé une importante somme d’argent à l’un des plus gros barons de la drogue du pays.
Juste avant son départ il a explosé le crâne de l’assassin de son frère en tirant sur lui à bout portant à l’intérieur d’une baraque transformée en un laboratoire de conditionnement de cocaïne et de cloud nine.
Le gosse a laissé son empreinte sur le flingue. Une erreur de débutant c’tait la première fois qu’il tirait sur quelqu’un.
Il n’a pas hésité à en faire son usage. Rien d’étonnant pour un gosse qui a perdu sa mère et son frère par des balles venu des flingues de narcos trafiquants.
C’était la première fois que Carlos quittait son quartier et de toute façon on ne peut pas dire qu’il y avait quelque chose qui aurait pu le retenir. La guerre des gangs faisait rage et la plupart des enfants n’atteignaient n’arrivaient même pas atteindre l’âge adulte à cause des problèmes sanitaires ou les règlements de comptes. Après avoir descendu la colline de la favéla Carlos et Marco ont arrêté un taxi devant trois gosses de son quartier allongé au sol sur des bouts de carton. Un des trois reconnu Carlos et s’adressa aux deux autres:
-« p-tain! Regardez c’est Carlos.
Mais qu’est-ce qu’il fout! ?Il ne va tout de même pas braquer ce taxi. »
-« Mais non ça se trouve il accompagne juste le type avec qui il est. »
-« Attendez je vais voir s’il peut nous passer de la thune. »
Un des gamins appela Carlos avant qu’il monte dans le taxi.
-« Hé Carlos tu n’as pas un peu de thune sur toi. On n’a rien bouffé depuis ce matin. »
Carlos fit semblant de ne pas comprendre leurs demandes en restant éloigné.
Mais une fois dans le taxi il plongea discrètement sa main dans la pochette en cuir pour sortir une liasse de l’argent qu’il venait de voler. Le taxi avança Carlos lui demanda de faire marche arrière et ouvrit sa fenêtre pour lancer une liasse de grosses coupures dans leurs directions:
-« Voilà pour vous les gars!
Et faites gaffes aux indigestions parce que vous avez de quoi faire des courses pour plusieurs semaines. »
Les trois gosses se jetèrent sur la liasse sans en croire leurs yeux en regardant le taxi partir vers une tout autre destination.Sans le savoir Carlos venait de laisser une deuxième empreintes en disparaissant dans de telle condition.

Extrait du livre: « l’estomac des favélas »
Auteur: Boel Souleymane Sortie prévu 2018 inchaa’
AllahL'estomac des favelasOlympic Games 2016 FeatureKID STREET 2

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s