Extrait du livre « L’estomac des favélas » de Boel Souleymane les drames des sociétés inégalitaires

Plusieurs hélicoptères militaires survolèrent le ciel de la favéla de Rocinha après la fusillade mortelle d’une guerre liée à la quête du monopole du trafic de drogue de cette région dont les impacts de balles avaient fini par décrocher une cabine d’un téléphérique tuant quatre personnes à bord et blessant grièvement une petite fille en tombant au sol.
Le passage des hélicoptères dans un ciel dégagé laissait présager un assaut violent et imminent d’une très importantees envergure par les forces armées du pays qui souhaitaient reprendre le contrôle de cette zone abandonnée par la société brésilienne.
Au même moment que la population aisée de Rio avaient envahi les gradins du stade olympique pour devenir les téléspectateurs d’une course d’athlétisme.
Un pilote d’un hélicoptère suivi les trois tueurs à la trace qui partirent se réfugier dans une baraque à environ cinq cents mètres où ces tueurs en fuite avaient fait cracher leurs fusils d’assaut sur une cabine du téléphérique en marche.
Le pilote indiqua la position des hommes au responsable du groupe d’intervention des opérations antidrogue avec qui il était en communication en plein ciel :
-« Ça y est !
Leurs repères viennent d’être localisés.
Ils viennent de rentrer dans une baraque où devant quatre pneus sont les uns sur les autres au bord d’un portail rouillé » « Reçus cinq sur cinq.
Je lance immédiatement le déclenchement du début de l’assaut des troupes au sol.
Mission terminée pour toutes les équipes de surveillance aérienne.
Je répète mission terminée pour toutes les patrouilles du ciel.
On va prendre ces salopards par surprise.»
Au sous-sol de cette baraque des petits gamins à peine pubère servant de mains d’œuvres pour des bandits du coin s’envoyaient des vannes en emballant des sachets de cocaïne, Cloud Line, et sel de bains sous la surveillance d’un gros moustachu armé comme un soldat de l’armée américaine partie en patrouille dans les rues d’une ville irakienne assiégée .
-« tu mets trop de temps à peser la coke.
Bordel!
Occupes-toi de l’emballage ça évitera les erreurs de dosages. »
-« merde! C’est toujours moi qui emballe. »
– «Tu t’occupes de l’emballage comme ça aucun risque qu’on vienne nous dire qu’on sait tromper sur les doses et pas la peine de me regarder avec tes gros yeux comme si tu venais de te faire fourrer par une meute de taureau en rut. »
Le gros moustachu s’énerva séparant les deux gosses qui allaient en venir aux mains:
-« Répète ça!?? »
– « Oh! Oh! C’est quoi ce bordel!?
Vous voulez retourner à dormir dehors.
On vous paie pour ce travail. »
Au même moment un groupe d’intervention défonça la porte en ouvrant le feu.
Le gros moustachu riposta en prenant un gosse qui reçut un déluge de balle le ventre.
Les échanges de tirs se poursuivirent jusqu’à ne faire aucun survivant.

Auteur : Boel Souleymane

Extrait du livre « l’estomac des favélas »

Sortie prévue courant 2018

Opération arméeeeeeeeeeeeeeeee

favoléfavolé1favolé2Favolé4Favolé5Favolé6Favolé7Favolé8

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s