Extrait du livre: « L’ombre de la violence » de Boel Souleymane

Extrait du livre: « l’ombre de la violence »

11h station-service Esso située à porte de La Chapelle à Paris dans le XVIIIe arrondissement
Un jeune Guyanais en costume et son épouse venaient tout juste de faire le plein d’essence avant de partir pour rennes à l’occasion du mariage du frère du conducteur.
lorsqu’une voiture de police leurs barra brusquement la route.
À bord l’inspecteur bavard était complètement bourré il roulait à vif allure presque ivre mort.
En voyant la Bentley sortir de la pompe service il pensa à tort que le jeune homme était très certainement un dealer du coin.
Il décida donc de procéder à un contrôle du véhicule pensant trouver quelques choses de valeur qu’il pourrait prendre au passage.
Dès le début du contrôle il se montra extrêmement irrespectueux hautain et insultant en provoquant l’homme qui se trouvait au volant:

-« Coupe le moteur et retire les clés du contact du véhicule en me sortant les papiers.
Et sort du véhicule. Elle est à toi la bagnole? »
-« Non C’est une location pour le cortège du mariage de mon frère.
Tout est absolument en règle monsieur l’agent . »

-« Ok je vois ça!
Et la p-te qui était assise à côté de toi.
Ce ne serait pas une escorte?
Parce qu’elle elle me fait vraiment penser à une actrice de film porno .
Elle a exactement le visage d’une dont j’ai le souvenir d’avoir vu pomper des centaines de kilomètres de queues.
Plus que t’a Bentley en a son compteur  »
L’homme se contenu difficilement de ne pas répondre physiquement à cette ultime provocation.
Il choisit de contredire ses pulsions pour lui répondre avec tact et sang-froid:
Eh bien si cela était le cas alors je n’hésiterais pas à demander le divorce.
Car contrairement au profil de la personne que vous avez pu me décrire.
ce qui a pu conforter mon choix à vouloir épouser cette femme et son exemplarité de chasteté et son attachement à sa pudeur »
Le conducteur se força à faire un sourire pour tenter de faire partir la démangeaison de lui faire bouffer le parc choc de la Bentley.
Il sentit la colère circuler dans ses veines et ses muscles se raidirent de rage.
Mais l’homme patienta en pensant au mariage de son frère.
L’inspecteur chercha pendant environ un quart d’heure à le provoquer tous comme les gamins du Havre où il avait grandit avaient pu s’acharner sur lui en raison des frasques d’une mère nymphomane et dépressive constamment au comptoir à aguicher les soûlards des différents bars de la ville.
Les railleries à répétition des gens dérèglent parfois le psychisme des plus faibles qui ensuite ressentent le besoin de vouloir devenir les plus forts.
Sa réponse agaça profondément Gavard qui demanda à l’épouse de l’homme de sortir à son tour pour procéder à une fouille rapide du véhicule.
Gavard s’approcha de Patrick murmura dans l’oreille de son collègue:
– » ramène-les vers la voiture j’ai une envie pressante si tu vois ce que je veux dire »
-« T’abuse tu ne va tout de même pas pisser dans leurs Bentley? » « Parce que tu crois que je vais faire dans mon froc ou dans des toilettes publiques étant un vrai cimetière à seringues? »

-« Non mais tu pourrais demander au gars de la station-service d’utiliser ses toilettes . »

-« Écoute on vit dans un monde de chiens et moi j’ai décidé de pisser sur les autres pour marquer mon territoire »
Après avoir uriné sur la banquette arrière ce pervers narcissique de flic trouva un paquet cadeau ou dedans se trouvait un collier en or pour la mariée.
Il décida de dérobé son contenu en remballant adroitement par la suite le paquet cadeau.
Gavard fit un signe à son collègue et s’avança pour rendre la clé du véhicule à l’homme qui était au téléphone avec son frère :
« Je venais de mettre le plein d’essence pour prendre la route.
Quand un flic bizarre est venu me bloqué la route.
Mais ne t’inquiète pas frangin j’ai pris un super cadeaux pour ta future femme.
Attend le flic arrive pour me ramener les clés.
on se rappelle plus tard….
Oh chérie apparemment ça y est ils ont fini de vérifier le véhicule.
On va pouvoir enfin repartir  »
Gavard remis la clé du véhicule en affichant un béant sourire de sadique au couple guyanais
« Messieurs dame bonne journée à vous et surtout soyez prudents sur la route »

Extrait du livre: « l’ombre de la violence »

Auteur:Boel Souleymane

Sortie prévue courant 2017 inchaa’
Allah

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s