Extrait du livre « L’ombre de la violence » de Boel Souleymane

Le plan crapuleux de départ de l’inspecteur de police Gavard était très simple et surtout réglé comme une horloge Suisse .kidnapper le neveu du caïd Shing dans un pensionnat pour ensuite obtenir une rançon de 7 millions d’euros en échange de la libération de son neveu. Ensuite le fric en poche pouvoir disparaître incognito sur une île en Turquie appelée la vallée des papillons. Et se faire oublier près d’une plage d’une rare beauté coincée entre deux abruptes et des falaises à vous couper le souffle. Seulement tout est partie en vrille et a fini en kidnapping qui tourne mal. Patrick a rejoint Gavard avant sa prise de service dans un café de Bobigny « L’étoile d’or » Gavard a commandé deux whiskys que le serveur lui apporter lui a apporté dans une tasse à thé pour comme à sa demande masquer sa consommation d’alcool en service. Un serveur indien nouveau dans ce bar ignorait absolument tous des habitudes de ce flic véreux il avança à leurs tables en laissant la note à coté des deux tasses pleines de whisky. Gavard regarda froidement le jeune serveur en lui faisant signe d’approcher. Le serveur arriva en souriant avant de se prendre un coup de poing dans l’estomac. Gavard chuchota à son oreille :
« La prochaine fois que tu m’amènes une addition je t’arrache les cous-les pour te les faire bouffer sur un plat de riz tandoori. Tu as pigé !? » Gavard improvisa en observant la conduite décontenancée de quelques clients au comptoir :
« Ne vous inquiétez pas on s’entraîne ensemble le petit à un combat de boxe pour bientôt. Il faut qu’il apprenne à encaisser sinon il ne tiendra pas plus d’un ring. »
Le tenancier du bar s’avança vers le jeune en lui parlant :
« Désolé je n’ai pas eu le temps de te prévenir Abhinav mais ces deux-là sont des flics. Dès qu’ils viennent demande leurs justes ce qu’ils boivent mais leur ramènent jamais l’addition.
Un soir celui qui t’a mis un coup de poing à débarquer à l’heure de la fermeture pour boire un scotch. Je lui ai dit que le bar était fermé. Il n’a rien voulu savoir il m’a attrapé en sortant son flingue et il m’a forcé à me brosser les dents avec le ballet à chiotte.
Écoute bien ce que je te dis Abhinav ne fait plus jamais l’erreur de leur ramener l’addition.»
Le soir du rapt du neveu au gros narcotrafiquant shing la nuit était sombre et couverte comme les mauvaises intentions des deux flics corrompus parti soulever le gosse après avoir volé un range rover evoque garé près du bar « le Ferragus » à Aubervilliers.
En voyant ça voiture passer sur la route un ivrogne qui se trouvait dans ce café s’exclama avec stupéfaction en s’adressant à son collègue à moitié avachi sur le rebord du comptoir:
« P-tain Regarde ! Il a exactement la même voiture que moi !!  »
Gavard jeta par la fenêtre un cd de Céline Dion dédicacé au nom du type :
« C’est quoi cette me-de !? « L’homme se mit à courir en hurlant après le conducteur de sa voiture après avoir reconnu son cd dédicacé brisé au sol en finissant sa course par se rétamer dans une flaque d’eau boueuse
« Arrête-toi !! Sale petit bâtard !!
J ai toute ma collection de cd Cyndi Lauper dédicacé dans cette voiture. »
Les pneus de la voiture crièrent avant que le véhicule s’engage dans un virage serré donnant sur la rue Goullet en s’introduisant sur cette route. Gavard percuta et fit perdre l’équilibre à un livreur de pizza fini par foncer sur trois poubelles rangées sur un des trottoirs de la rue goulet il les renversa à l’allure d’une boule de bowling qui arrive pour faire un strike dans un jeu de quilles.
La voiture accéléra avant de disparaître dans l’épaisseur de la nuit.
Après plusieurs heures de route les deux hommes arrivèrent dans la ville ou se trouvait le pensionnat.
Les deux hommes s’arrêtèrent face à l’école et se mirent à revêtir des vêtements d’agents sécurité avant de rentré par effraction dans le pensionnat ou dormait l’adolescent.

Extrait du livre « l’ombre de la violence »
Auteur : boel souleymane
Sortie courant 2017 inchaa’
Allahob_386bc2_pour-la-securite-des-gens-il-n-auraiLa manifestation des violences policières n'est que le produit d'une institution attachée à la protection des élites tout en ayant exclu le reste de sa population à pouvoir être enLes hommes intègres ne gardent jamais la vérité pour eux.Leurs bouches se conduisent avec elle comme l'Ak47 traite les balles.Ils envoient quand il faut sans jamais s'enrayer.ob_386bc2_pour-la-securite-des-gens-il-n-aurai

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s